Skip to content

Servir Dieu, oui, mais pas sans me former!

© Istockphoto
Qu’est-ce qui les motive, ces jeunes qui se lancent dans des études ou formations bibliques? Alicia, Valentin et Antoine voient leur parcours comme une préparation à la suite. Portraits.
David Métreau

L’année 2020 a changé la manière de travailler, de vivre et d’étudier. Par conséquent, de nombreuses facultés, instituts et écoles ont adapté leur offre. Pourtant, ce développement ne remet nullement en cause la nécessité des formations en présentiel. Alicia, Valentin et Antoine témoignent de la pertinence de leur formation.

Publicité

Alicia Garcia-Vallejo, étudiante au CTS

Avant de prendre la décision de m’inscrire au Continental theological seminary (CTS), j’en avais discuté avec mon pasteur, lui-même ancien étudiant de l’Institut. J’avais des appréhensions non pas à cause des aspects académiques mais plutôt concernant le relationnel. Je suis de nature plutôt solitaire et me confronter aux différentes cultures et personnalités me faisait peur.

Dossier: Formations chrétiennes
Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Une fois son doctorat en géographie en poche, Claude Martinaud s’est mise à étudier l’histoire de l’Eglise, puis la théologie.

Elle partage l’Evangile par tous les moyens

Une fois son doctorat en géographie en poche, Claude Martinaud s’est mise à étudier l’histoire de l’Eglise, puis la théologie. Elle est l’auteure de «L’Aventure chrétienne» (éd. Saint-Léger), qui retrace l’histoire de l’Eglise de la…

Publicité