Skip to content

Il passe d’un deal avec Satan à chasser des démons

Originaire de Bretagne, Julien, 37 ans, a passé une bonne partie de sa vie à rechercher Dieu. Ou plutôt à se rebeller contre lui. D’un deal avec Satan, il choisit de chasser les démons jusqu’à accepter Jésus.

Julien n’a que sept ans lorsque ses parents se séparent. Son père se disait croyant non pratiquant jusqu’à ce qu’il se dirige deux ans plus tard vers les témoins de Jéhovah. Une expérience marquante pour Julien, qui nourrit un intérêt certain pour la lecture de la Bible et pour la question spirituelle. Mais les rapports avec son père sont compliqués. Sa mère dénonce les pratiques sectaires du mouvement et Julien choisit d’y renoncer, contre l’avis de son père. «C’est à ce moment-là que je me suis braqué contre Dieu. J’en voulais à mon père et j’ai projeté ma colère sur Dieu. Dans ma compréhension du monde, si Dieu était tout-puissant, pourquoi le mal existait-il? S’il était vraiment vivant, Dieu était forcément pervers et il fallait s’y opposer.»

Echanges avec le diable

Publicité

Julien s’intéresse alors à l’occultisme. «J’ai pratiqué des rituels, sorts et autres divinations à partir de livres trouvés dans des librairies spécialisées. Cette quête répondait à un besoin de maîtriser mon existence. J’exerçais une sorte de contrôle sur ma vie et sur celle des autres mais je n’étais pas heureux pour autant.» Ainsi, Julien devient sataniste. «Satan répondait à mes prières et à mes rituels. Il y avait des échanges, mais ce n’était pas gratuit: il y avait un prix à payer car ce qu’on reçoit du diable arrive toujours de la pire des manières.»

Au quotidien, Julien gagne en responsabilité et exerce tous les niveaux de délégation possibles au lycée. Il est président de plusieurs clubs et contrôle, à l’insu de tous, une partie du trafic de cannabis de l’établissement. «J’avais un pied dans le satanisme mais pas les deux. Je gardais une certaine réserve, quelque chose me dérangeait. J’étais toujours en recherche.»

Julien ressent néanmoins le besoin d’écrire un livre. Dans Le Procès de Dieu, Julien avance ses pièces à conviction et ses charges. «Je lui reprochais tout le mal sur terre, mais plus j’avançais et plus le “concept métaphysique de Dieu” se défendait tout seul. Si on n’est pas libre de détester Dieu, on ne peut pas être libre de l’aimer. Ce type de réflexion mettait par terre mes charges et je commençais à comprendre le pourquoi du comment. Beaucoup de choses m’échappaient mais je comprenais que je m’attaquais à quelque chose qui me dépassait complètement.» Il finit par brûler son projet de livre, qui ne verra jamais le jour.

Satan répondait à mes prières, mais ce n’était pas gratuit»

Attirance vers Jésus

Julien commence alors à lire la Bible à dix-neuf ans, la tête remplie de questions. Par une nuit de tempête, il sort un jour par désespoir sur la barre d’Etel dans le Morbihan, en Bretagne: «J’ai hurlé au ciel: Jésus, si tu existes, envoie-moi un signe!» Il n’en verra aucun à cet instant-là mais découvre le lendemain dans le journal que les deux cent mètres de plage et la moitié du parking où il se trouvait précisément ont été entièrement emportés par la tempête. «Le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage d’Etel précisait dans l’article l’heure du glissement de terrain: une minute précisément après mon départ. Jésus avait répondu. Je ne savais pas encore qui il était exactement, mais je savais qu’il existait.»

Julien poursuit sa route, en faisant le choix de ne plus suivre Satan: «J’ai abandonné les rituels mais j’ai d’abord tenté de faire le bien sans passer par Jésus.» Il chasse des démons pendant plusieurs années, jusqu’à rester bloqué devant un cas dont la délivrance n’arrivera qu’après avoir prié au nom de Jésus.

Poussé à lire la Bible

L’année suivante, il est touché par un collègue chrétien qui lit sa Bible, prie et accepte de tendre la joue sans répondre aux coups. «Je n’en étais pas capable et cela m’interrogeait.» Alors il se sent poussé à lire la Bible, jusqu’à un soir particulier, au printemps 2019, où Julien lit les Actes des Apôtres. Pierre et Jean, en Samarie, intercèdent afin que les nouveaux convertis reçoivent le Saint-Esprit. A cet instant-là, il décide de prier et de demander à Dieu de le recevoir lui aussi. Il est exaucé. «Depuis, ma vie a radicalement changé. Ce que je ne savais pas en revanche, c’est qu’une bonne partie de moi allait mourir.» Il finit sa Bible en un temps record, a soif de connaître Dieu et ressent un dégoût total du péché.

Le jeune homme confie alors sa vie à Jésus et rejoint une Eglise à Guingamp. Il y rencontre d’autres chrétiens et se fait baptiser en août 2020. En moins d’un an, il a vu Dieu conduire sa vie bien mieux qu’il ne l’avait jamais fait. Il rencontre sa future femme Marion, déménage et se marie en début d’année. «J’ai freiné toute ma vie pour ne pas suivre Jésus. Aujourd’hui, mon seul regret c’est d’avoir tant tardé à l’accepter», conclut-il.

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui Mai 2021

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité