Skip to content

Vent de panique chez les évangéliques

L'étoile de David, jaune avec écrit “Juif“ en vert au milieu
© wikipedia
Après la déclaration controversée du ministre de l’Intérieur français, certains évangéliques se sont appropriés l’étoile jaune des Juifs, pour dénoncer leur persécution. Parti pris.
Luc Henrist
Luc Henrist, pasteur en Belgique, écrivain et spécialiste de la question juive et d’Israël

Les évangéliques sont un «problème très important», déclarait le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin le 2 février sur CNEWS. Il défendait le projet de loi sur les «séparatismes», prévu au départ pour lutter contre l’islamisme. Sa déclaration, au lieu de rappeler aux évangéliques ce que les apôtres annonçaient: «C’est par beaucoup de tribulations qu’il nous faut entrer dans le royaume de Dieu» (Actes 14,22) a déclenché un vent de panique chez certains. Au point où un individu a trouvé intelligent de voler l’emblème de la persécution des Juifs dans nos pays européens, l’étoile de David jaune avec en son centre la lettre «J» pour «Juif», d’effacer ensuite sommairement cette lettre et d’écrire par dessus: «Je suis un problème évangélique», et diffuser l’image sur les réseaux sociaux. Il a donc remplacé le Juif par le chrétien.

Publicité

Une récupération qui en rappelle une autre

Cette récupération de l’étoile jaune en rappelle une autre. En novembre 2019 lors d’une manifestation «contre l’islamophobie» à Paris, plusieurs arboraient un autocollant avec une étoile jaune à six branches et un croissant ou des pancartes avec le slogan «Juifs d’hier, musulmans d’aujourd’hui». Plusieurs personnalités dont le grand rabbin de France Haïm Korsia, avaient déploré le «détournement de l’étoile jaune» et l’avaient qualifié d’«aberration».

Pour revenir aux chrétiens, je trouve cela de très mauvais goût
car ce n’est pas la première fois que l’Eglise vole ce qui appartient aux Juifs pour se l’approprier. On le voit dans un certain nombre de rites dans l’Eglise catholique et on le voit également chez certains protestants évangéliques qui déclarent que Dieu a rejeté Israël et que désormais l’Eglise est le nouvel Israël. Cela s’appelle la théologie du remplacement ou de la substitution. Bien entendu, le «nouvel» Israël ne s’approprie que les bénédictions mentionnées dans la Bible et laisse les malédictions aux Juifs…

Dieu est souverain

Et lorsqu’un ministre ose faire une déclaration un peu «musclée» sur les évangéliques, ceux-ci (ou plutôt nombre d’entre eux), au lieu d’avoir confiance en Dieu et de croire que de toute façon, Dieu est souverain et qu’il fera «concourir toutes choses au bien de ceux qui l’aiment», cèdent à la panique, démontrant clairement leur manque de foi et de confiance en Dieu. Mais surtout, certains volent le symbole qui illustre le mieux la persécution qui a mené au massacre de six millions de Juifs.

La situation politique, historique et démographique n’a tout d’abord rien de similaire. Ensuite et surtout, les lois antisémites mises en place pendant la guerre ne peuvent être comparées avec la déclaration d’un ministre à la télévision qui ne représente que sa propre opinion et non celle de son gouvernement.

Il est vraiment regrettable de constater que certains protestants ne connaissent même pas leur propre histoire. Car s’ils avaient voulu utiliser un symbole qui représente la persécution des protestants, ils auraient pu reprendre la croix huguenote, symbole des protestants auxquels le roi Louis XIV avait révoqué les droits acquis par l’édit de Nantes en 1685. Et cette révocation a eu pour conséquence de graves persécutions et a causé l’exil de nombreux protestants français. Je conclurai en disant, «rendez à César ce qui appartient à César»et aux Juifs, l’étoile de David, qui leur appartient

Luc Henrist, pasteur en Belgique, écrivain et spécialiste de la question juive et d’Israël

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui Mars 2021

Thèmes liés:
Mai 2017 - Un Irakien marche dans les décombres de l'église Saint-Ephraïm, une église syriaque orthodoxe de Mossoul, très endommagée, des mois après que cette partie de Mossoul a été reprise à l'Etat islamique.

Pourquoi sommes-nous abandonnés?

Edito. Pâques a un lien évident avec le martyre et la persécution. Curieusement, on utilise rarement ce dernier mot pour qualifier la Passion de Jésus. Il a pourtant bel et bien été persécuté par ses…

Publicité