Skip to content

«J’ai été haï avant vous»

Une femme tend la main à un sans abri dans la rue
© iStock
Edito. Les évangéliques ont été accusés de «séparatisme», au même titre que les islamistes par plusieurs responsables politiques français ces dernières semaines. Séparatistes? Un terme un peu fourre-tout parfois synonyme d’indépendantisme.
David Métreau
L’édito en vidéo

Les évangéliques ont été accusés de «séparatisme», au même titre que les islamistes par plusieurs responsables politiques français ces dernières semaines. Séparatistes? Un terme un peu fourre-tout et, il n’y a encore pas si longtemps, synonyme d’indépendantisme.

Publicité

Mais de quoi les évangéliques veulent-ils être indépendants?

De l’Etat, de l’impôt et de la justice, comme l’appelait de ses vœux le célèbre auteur russe Léon Tolstoï, chrétien mystique et anarchiste dans son ouvrage Le Royaume des cieux est en vous? Je ne pense pas que ce soit pour ces motifs que les évangéliques et plus largement les chrétiens en France et dans le monde sont inquiétés. Ni même que ces opinions soient très répandues dans le milieu chrétien.

Du péché et de ses chaînes? De la mort spirituelle et de la vie sans Dieu?

Le séparatisme d’un «esprit du monde» cupide

Dans ce cas, oui, les évangéliques cherchent le séparatisme d’un «esprit du monde» cupide, mondain et matérialiste. Le rejet de cet esprit du monde ne signifie pas rejet du monde et encore moins de tout le monde! Cette fidélité à Dieu n’est pas sans conséquence, prévient Jésus dans Jean 15,18: «Si le monde vous hait, sachez qu’il m’a haï avant vous. Il dit cela juste après avoir rappelé son commandement: «Aimez-vous les uns les autres.» La haine ici vient comme conséquence de l’amour.

Etre stigmatisé, calomnié et vilipendé pour agir avec amour et désintérêt est (ou devrait être) un honneur. La récompense est moindre quand l’hostilité de la société vient des ambitions de certains évangéliques dans la conquête d’un pouvoir temporel, d’une gloire et d’une richesse éphémères.

Un électrochoc pour s’engager

Pour autant, en regardant en creux les critiques récentes à l’encontre des évangéliques -pour la plupart infondées ou très largement exagérées- on peut y voir plusieurs bénéfices. Et si l’accusation de séparatisme des évangéliques était un électrochoc pour s’engager encore davantage dans la société, en particulier auprès de ceux qui sont séparés de fait: pauvres, handicapés, migrants, toxicomanes, prostituées? Et si la méconnaissance du mot évangélique était l’occasion de rappeler son origine, l’Evangile, la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ?

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui Mars 2021

Thèmes liés:

Vivement 2033!

L’année 2033 s’annonce enthousiasmante pour qui s’intéresse à la mission et à l’annonce de l’Evangile aux nations et à Jésus. 2033 correspond aux 2000 ans de la résurrection du Christ. L'édito de la rédaction

Mai 2017 - Un Irakien marche dans les décombres de l'église Saint-Ephraïm, une église syriaque orthodoxe de Mossoul, très endommagée, des mois après que cette partie de Mossoul a été reprise à l'Etat islamique.

Pourquoi sommes-nous abandonnés?

Edito. Pâques a un lien évident avec le martyre et la persécution. Curieusement, on utilise rarement ce dernier mot pour qualifier la Passion de Jésus. Il a pourtant bel et bien été persécuté par ses…

Publicité