Skip to content

50 ans, trop vieux pour être engagé?

Image d'illustration
© Image d'illustration - iStock
Missionnaire en Guinée où il avait des responsabilités au sein des Eglises et missions évangéliques au niveau national, Daniel Berney partage le décalage culturel qu’il a vécu en rentrant au pays à 50 ans. Parti pris.
Daniel Berney

Parti comme missionnaire en Guinée à quarante ans, je suis revenu en Suisse dix ans plus tard motivé à me réengager dans un ministère à plein temps. La première réaction a été: «Nous cherchons quelqu’un de jeune» (sous entendu qu’à cinquante ans on ne l’était plus). Je ne saurais apporter le dynamisme recherché pour attirer des jeunes. Je m’y attendais un peu mais cela a malgré tout été un choc!

Une réalité qui touche aussi les Eglises

Publicité

Dossier: Eglise intergénérationnelle

A l’heure où l’activisme et la productivité sont prônés dans nos sociétés, nos Eglises ont-elles tendance, elles aussi, à privilégier la place de la jeunesse, en dépit de celle accordée aux aînés? Pour quelles conséquences? Une vie d’Eglise équilibrée est essentielle. Dossier.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Une femme tend la main à un sans abri dans la rue

«J’ai été haï avant vous»

Edito. Les évangéliques ont été accusés de «séparatisme», au même titre que les islamistes par plusieurs responsables politiques français ces dernières semaines. Séparatistes? Un terme un peu fourre-tout parfois synonyme d’indépendantisme.

Publicité