Skip to content

Les gangs font la loi : la souffrance des chrétiens à Haïti

Scène de rue à Cap-Haïtien.
© iStock
L’évolution de la situation à Haïti inquiète: violences, kidnappings, restrictions des Droits de l’homme et du pouvoir de l’Etat sont légion. Trente ans après l’élection du premier président démocratiquement élu, Jean-Bertrand Aristide, les chrétiens sont les premiers témoins d’une démocratie en danger. Analyse.

«Multidimensionnelle», c’est ainsi que les membres du Conseil
sécurité de l’ONU qualifiaient, le 5 octobre dernier, la crise qui sévit actuellement à Haïti: sociale, politique, constitutionnelle, économique et gouvernementale avec des résurgences de violences en toile de fond. Depuis trente ans, la vie sur l’île est un cycle ininterrompu de putschs, d’irrégularités ou de catastrophes naturelles. La mission de l’ONU y a été renouvelée pour un an en octobre dernier alors que la situation s’enfonce dans le chaos, les troupes de maintien de la paix d’Haïti étant parties courant 2019. Alors que 2021 marque le trentième anniversaire de la première élection démocratique présidentielle portant Jean-Bertrand Aristide au pouvoir, l’année est déjà entachée par de nombreuses restrictions de droits.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité