Skip to content

Jeunes et vieux se réjouiront ensemble…

Groupe d'aînés avec professeur chantant en choeur ensemble
© iStock
En tant qu’Eglise, comment se servir les uns les autres quand on n’appartient pas à la même génération? Pour une vie d’Eglise intergénérationnelle, il s’agit de mettre en place des initiatives réfléchies. Perspectives.
David Métreau

Vivre une communion inter-générationnelle est le vœu affiché par de nombreuses Eglises. Pourtant, entre le vouloir et le faire, il y a parfois un écart pas toujours simple à combler.

L’Eglise doit refléter nos différences

Publicité

Une Eglise établie depuis longtemps ne signifie pas forcément que l’âge des membres qui la fréquentent est élevé. A Argenteuil dans le Val-d’Oise, l’Eglise évangélique En Action est la plus ancienne Assemblée de Dieu de région parisienne ayant démarré avec une cellule de maison en 1932. Aujourd’hui, l’Eglise accueille chaque dimanche (hors restrictions Covid) entre 800 et 900 personnes, réparties entre trois célébrations «et parmi elles beaucoup de jeunes, mais pas uniquement», souligne Sosthène Makita, son pasteur principal. La communauté est à l’image de la société de la ville: multi-ethnique et plutôt jeune. L’équipe pastorale veille à ce que les personnes âgées ne soient pas isolées. Une vingtaine de personnes de plus de soixante-cinq ans actives dans le groupe l’Age d’or se retrouvent pour chanter, prier et animent les cultes plusieurs fois dans l’année.

Dossier: Eglise intergénérationnelle

A l’heure où l’activisme et la productivité sont prônés dans nos sociétés, nos Eglises ont-elles tendance, elles aussi, à privilégier la place de la jeunesse, en dépit de celle accordée aux aînés? Pour quelles conséquences? Une vie d’Eglise équilibrée est essentielle. Dossier.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité