Skip to content

Pensée forte

François-Xavier Bellamy
© DR
Si un président des Etats-Unis encore en exercice est empêché de toucher l’opinion et de s’exprimer, alors ceci peut arriver à n’importe qui demain.

Il y a là quelque chose qui appelle à une alarme très profonde: si un président des Etats-Unis encore en exercice -quelle que soit l’idée qu’on peut se faire de ses opinions et de son irresponsabilité- est empêché de toucher l’opinion et de s’exprimer, alors ceci peut arriver à n’importe qui demain. Il y a un parti pris idéologique marqué, beaucoup plus qu’une volonté d’éviter la violence et les excès.

Vous vous souvenez de ce premier ministre de Malaisie qui expliquait à l’occasion de l’attentat contre Samuel Paty, que les musulmans avaient le droit de tuer des millions de Français: son compte est toujours actif sur Twitter. Il y a une prise de position politique de la part des entreprises de nouvelles technologies et cet engagement idéologique est capable de biaiser à l’avenir tout le débat démocratique.»

Publicité

François-Xavier Bellamy,
député européen, à propos de la censure de Donald Trump sur les réseaux sociaux, le 11 janvier 2021 sur Sud Radio.

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui Février 2021

Thèmes liés:
Une femme tend la main à un sans abri dans la rue

«J’ai été haï avant vous»

Edito. Les évangéliques ont été accusés de «séparatisme», au même titre que les islamistes par plusieurs responsables politiques français ces dernières semaines. Séparatistes? Un terme un peu fourre-tout parfois synonyme d’indépendantisme.

Publicité