Skip to content

GAFAM et Tecktonik

Des danseurs tecktonik en 2006
© Des danseurs tecktonik / Viernest (cc by 2.0)
Edito. Il n’existe pas plus ringard qu’une personne qui a été à la mode. Pour le réaliser, il suffit de penser aux adeptes de la Tecktonik (les Tecktonik Killers).
David Métreau

Il n’existe pas plus ringard qu’une personne qui a été à la mode. Pour le réaliser, il suffit de penser aux adeptes de la Tecktonik (les Tecktonik Killers). Si, vous vous souvenez, cette danse saccadée, née au début des années 2000, popularisée en 2007 et quasiment disparue l’année d’après. Un phénomène éphémère dont on se serait bien passé.

Prendre son temps, du recul et une certaine lenteur permet parfois (souvent) d’éviter des dangers bien plus importants que l’excentricité de la coupe mulet, du pantalon slim ou du t-shirt rose à paillettes d’un Tecktonik Killer. Plus que par la danse Tecktonik, le milieu des années 2000 a surtout été marqué par le lancement frénétique des réseaux sociaux Facebook (2004), Youtube (2005) et Twitter (2006), par exemple. Ces derniers sont incontournables aujourd’hui, bien qu’ils soient concurrencés et parfois ringardisés par des plateformes plus récentes… qu’ils finissent d’ailleurs souvent par racheter.

Publicité

Ils ont le pouvoir que nous leur avons donné

Séduits par leurs fonctionnalités -bien souvent pratiques et attrayantes- nous leur avons laissé l’accès à nos vies, à nos cœurs –like and dislike– et à notre temps. Une forme d’idolâtrie qu’il faut savoir confesser. Les réseaux sociaux et plus largement les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft), voire leurs enfants, les NATU (Netflix, Airbnb, Tesla et Uber) éduquent et nourrissent les nôtres. Avec les valeurs qui sont les leurs, bien souvent éloignées de l’Evangile et de sa saine simplicité. Rappelons-nous que ces «géants du numérique» ont uniquement le pouvoir que nous leur avons donné… et celui-ci est immense, insatiable. Il va jusqu’à débrancher le mégaphone et les coups de pouce rageurs d’un président des Etats-Unis encore en exercice. Fuyons le ridicule et prenons du recul; avons-nous besoin de l’ensemble de ces services?

En parlant de mode, les évangéliques devraient se garder d’être des Tecktonik Killers spirituels et vainement chercher la dernière tendance, la starisation à outrance ou l’appui politique opportuniste. Le trumpisme a vécu. S’il vous plaît, ne tombons pas dans le bidenisme. Ne troquons pas un habit ridicule pour un autre en «-isme».

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui Février 2021

Thèmes liés:
Des rangées de bancs à l'intérieur d'une église silencieuse avec des passants venant de la sortie

Ils sont 330 000

Le chiffre est terrifiant. 330 000 personnes ont subi des abus sexuels au sein de l’Eglise catholique en France entre 1950 et 2020. L'édito de la rédaction.

Daniel Liechti, pasteur et missiologue

Pensée forte

«Pourquoi des protestants évangéliques sont-ils actuellement si négatifs, si prompts à se plaindre de la société et des dirigeants au lieu d’apporter joyeusement la lumière de l’Evangile?», s'interroge Daniel Liechti.

Un article du quotidien Le Monde racontant l'attentat manqué du 19 juin 2017, sur l’avenue des Champs-Elysées

Pourquoi elles, mais pas les autres?

Le procès historique des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis s’est ouvert le 8 septembre pour une durée de neuf mois. David Métreau se souvient de cette période troublée qui endeuillé la…

Publicité