Skip to content

Cinéma : La chronique des Bridgerton, Petit Pays et Le bonheur des uns…

La chronique des Bridgerton
© Netflix
Que penser des films à l’affiche, pour vous, vos ados ou vos enfants? Une sélection de nouvelles sorties.
Valérie Revelut

La chronique des Bridgerton

Cette adaptation d’une série de romans se déroulant durant la Régence britannique a bénéficié du relooking de la productrice Shonda Rhimes pour Netflix en huit épisodes. Elle a imposé un casting mixte qui n’est pas anachronique; c’est une réussite, le spectateur est ébloui par les acteurs, les décors, les costumes comme la revisite sonore de certains succès d’aujourd’hui.

Publicité

Les héros évoluent dans un monde aux règles sociales appuyées, mais sans racisme; une vraie délivrance émotionnelle. Attention, quelques scènes intimes limitent l’audience.

5/5 – Dès 16 ans.

Petit Pays

Une filmographie importante et de qualité qui couvre le génocide rwandais. Cette adaptation du roman de Gaël Faye offre une vision différente; les faits sont vus par un jeune adolescent métis qui, sans prendre parti, émet un témoignage puissant.

Malgré l’horreur des crimes et la tension prégnante, les images sont supportables excepté quelques-unes. On peut le recommander pour un visionnage avec des ados.

4/5 – Dès 14 ans.

Le bonheur des uns…

Cet excellent film arrive en DVD, donnant une autre chance de découvrir une galerie de caractères aussi drôles que pétris de contradiction. Deux amies d’enfance continuent à se fréquenter avec leurs conjoints lorsque Léa, la plus effacée du groupe, publie un roman qui devient un best-seller.

Si Léa elle-même ne change pas, ce soudain succès confronte ses amis à leurs limitations. Se révèlent alors la mesquinerie et la jalousie, ainsi que les tentatives pour miner le bonheur des uns. Tout en finesse, les dialogues imposent une vision du contentement auquel on aspire tous!

5/5 – Dès 6 ans.

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui Février 2021

Thèmes liés:
Eurythmics - Sweet Dreams -

«Sweet Dreams», Eurythmics

Ces hits entrés dans l'histoire. Dans sa chronique mensuelle Jonathan Hanley revient sur le tube des années 1980 «Sweet Dreams» qui évoque l’ambiguïté de nos motivations relationnelles et l'insatisfaction.

Publicité