Skip to content

«Les évangéliques doivent reconnaître la force de leur témoignage»

Les journalistes Pierre Jova et Henrick Lindell
© DR
Tous deux journalistes à «La Vie», Pierre Jova et Henrik Lindell viennent de publier un ouvrage au titre provocateur: «Comment devenir plus catholiques... en s’inspirant des évangéliques» (éd. l’Emmanuel). Entretien croisé.
Nicolas Fouquet

En tant que catholiques, d’où vous vient votre intérêt pour les évangéliques?

Henrik Lindell (HL): Je suis d’origine suédoise. J’ai rencontré Jésus quand j’étais adulte chez les évangéliques à Massy. C’est ensuite que, pour diverses raisons, je suis devenu catholique. Je reconnais que j’ai un parcours atypique. Mon expérience de l’évangélisme est donc très directe.

Publicité

Pierre Jova (PJ): Pour ma part, c’est différent. J’ai grandi dans une famille catholique pratiquante. Vers mes dix-sept ans, ma foi d’enfance s’est émoussée. Je me suis un peu éloigné de l’Eglise. J’ai rencontré le Christ de manière personnelle comme mon Seigneur et mon Sauveur deux ans plus tard. Je me suis alors senti proche des évangéliques. J’étais admiratif de leur zèle missionnaire qui tranchait avec l’attitude de beaucoup de catholiques. J’ai fréquenté leurs cultes pendant trois ans sans rompre avec le catholicisme. Finalement, je me suis dit qu’il était possible de vivre tout ça dans l’Eglise catholique et y suis pleinement revenu.

Dossier: Ces catholiques qui s'inspirent des évangéliques

Désireux de créer un renouveau entre leurs murs, de nombreux catholiques s’inspirent des pratiques des évangéliques. De l’homélie à la louange, en passant par l’accueil, le phénomène d’évangélicalisation prend de l’ampleur. Le point.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité