Skip to content

Gardons-nous d’humilier

Signature du Traité de Versailles - 28 juin 1919
© Domaine public / Orpen, William (Sir) (RA) - The Signing of Peace in the Hall of Mirrors, Versailles, 28th June 1919
Edito. Chaque nouvelle année semble comme une page vierge sur laquelle tout est à recommencer. «2020 a été une année difficile, souhaitons que 2021 apporte davantage de paix et sérénité», entendons-nous ça et là. Pourtant...
David Métreau

Chaque nouvelle année semble comme une page vierge sur laquelle tout est à recommencer. «2020 a été une année difficile, souhaitons que 2021 apporte davantage de paix et sérénité», entendons-nous ça et là. Pourtant, si on prend un peu de recul et un regard circonspect sur les choses, la transition d’une année à l’autre n’est qu’artificielle. Les événements de 2021 ne seront que les conséquences et les continuités de l’année précédente. La pandémie, par exemple, ne va pas s’arrêter au seuil de 2021, comme le nuage de Tchernobyl en 1986 ne s’est pas non plus arrêté à la frontière.

La crise économique non plus. Ni les débats autour des vaccins ou plus largement la méfiance d’un grand nombre envers leurs gouvernants dans de nombreux pays.

Publicité

2021 commence là où s’est arrêté 2020

Pour enfoncer une porte ouverte, je dirais tout simplement que 2021 commence là où s’est arrêté 2020. Dans le même marasme et la même peur, ou alors dans la même paix et le même espoir. Cela dépend de l’attitude de chacun.

Pourquoi dire tout cela? Les actes ont des conséquences. Les paroles aussi! Elles peuvent être désastreuses. Dans ce numéro, vous trouverez l’interview du philosophe Olivier Abel qui revient sur une notion aujourd’hui largement oubliée: l’humiliation. Celle-ci n’est pas ou peu prise en compte dans les choix politiques ou géopolitiques. Cela se voit dans les petites choses comme dans les grandes choses. Humilier son voisin n’apportera pas la paix sur le palier. Humilier son ennemi comme la France l’a fait à l’Allemagne avec le Traité de Versailles (image), voici un siècle, n’a été que le terreau et les prémices d’une horreur jusque-là inégalée. Gardons-nous d’humilier.

Cela s’adresse à nos dirigeants, comme à nous-mêmes dans nos relations avec les autres, même (et surtout!) quand ils sont différents! Cette vérité est proverbiale et de nombreux passages bibliques la relèvent. En outre, elle est aussi de mise dans nos rapports avec des membres d’autres Eglises, d’autres confessions ou même d’autres religions. Y compris même avec ceux qui ne croient pas et nous méprisent voire nous persécutent. Voici une résolution que je propose pour l’année 2021. Bonne année à tous.

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui Janvier 2021

Thèmes liés:
Des rangées de bancs à l'intérieur d'une église silencieuse avec des passants venant de la sortie

Ils sont 330 000

Le chiffre est terrifiant. 330 000 personnes ont subi des abus sexuels au sein de l’Eglise catholique en France entre 1950 et 2020. L'édito de la rédaction.

Daniel Liechti, pasteur et missiologue

Pensée forte

«Pourquoi des protestants évangéliques sont-ils actuellement si négatifs, si prompts à se plaindre de la société et des dirigeants au lieu d’apporter joyeusement la lumière de l’Evangile?», s'interroge Daniel Liechti.

Un article du quotidien Le Monde racontant l'attentat manqué du 19 juin 2017, sur l’avenue des Champs-Elysées

Pourquoi elles, mais pas les autres?

Le procès historique des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis s’est ouvert le 8 septembre pour une durée de neuf mois. David Métreau se souvient de cette période troublée qui endeuillé la…

Publicité