Skip to content

«Pour sauver la planète, arrêtons de faire des enfants!»

© Istockphoto
Face aux enjeux climatiques, la croissance démographique mondiale relance les débats autour de la dénatalité. Une vaine tentative avortée de réponse toute faite, selon Jacques Véron, auteur de «Faut-il avoir peur de la population mondiale?» (éd. Le Seuil). Entretien.
Jacques Véron est directeur de recherche émérite à l’Institut national d’études démographiques (Ined).

La dénatalité et les craintes d’un surpeuplement reviennent sur la table: bonne ou fausse solution pour la planète?
«Surpeuplement» signifie qu’il y a trop de monde sur terre. Personne n’est en fait capable de dire quel est l’effectif souhaitable de la population mondiale. Ce qui est certain, par contre c’est qu’une croissance indéfinie du nombre d’habitants sur terre n’est ni possible ni souhaitable.

Publicité

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

La table ronde «Aimer son prochain, comme Christ l’aime» animée par Pierre Jova(en bas à droite) avec (de haut en bas) Monseigneur Benoit de Sinety, Luc Maroni et Joël Prohin

100% en ligne, le CEIA a cartonné

Les 23 et 24 novembre derniers ont réuni de nombreux participants autour de sujets variés et actuels: un succès qui pousse le comité d’organisation du CEIA à envisager une formule hybride à l’avenir.

Publicité