Skip to content

Efisio Cross, un son porteur de sens

Efisio Cross
© DR
Efisio Cross est un compositeur dans le registre orchestral épique. Par sa musique, ce chrétien convaincu souhaite témoigner de l’amour de Jésus.
Alexia Huet

«La musique telle que je la conçois doit être porteuse de message», confie le musicien professionnel Efisio Cross. Pourtant les œuvres syphoniques de cet artiste chrétien connu pour ses compositions du style orchestral n’ont par définition pas de paroles.

Autodidacte et passionné

Publicité

Son message explicitement chrétien, ce Français de 29 ans le distille dans le titre de ses sons - à l’instar de ceux qu’il présente dans son quatrième album Crown of Thorns (Couronne d’épines) sorti en avril. Passionné par «l’œuvre de Dieu pour les humains», Efisio Cross compose en s’inspirant de ses propres expériences, de la lecture de la Bible et de romans. Avec un piano, des banques de sons et un logiciel de production de musique, cet autodidacte crée et diffuse ses œuvres en indépendant.

Il découvre Dieu à 19 ans

Efisio Cross est conscient du besoin, au sein du monde séculier, de connaître Jésus: «L’homme a besoin de plus, se pose des questions très pertinentes au sujet de la foi et ne se contente plus du matérialisme.» Il a lui-même commencé la musique à l’âge de seize ans alors qu’il se trouvait «dans une recherche d’absolu», née dans le «rejet d’une certaine monotonie et la conscience de la fragilité de la vie, suite au décès prématuré d’une amie». A 19 ans, en pleine crise existentielle, il découvre Dieu, les Ecritures et l’amour «extraordinaire» de Jésus-Christ.

La musique, au-delà des mots

«Le fait de découvrir qui est réellement la personne du Christ a fait naître en moi une multitude d’autres raisons de poursuivre la musique, et toutes ces dernières trouvent leurs origines en lui-même.» Le jeune homme réalise par exemple que l’art n’est pas abstrait, mais dispose d’un fondement. «J’ai pris conscience qu’il existe beaucoup d’autres personnes en recherche, tout en découvrant la beauté éthique du christianisme biblique, sa profondeur, son exclusivité, l’amour du prochain.» Le musicien originaire de Rhône-Alpes, près de la frontière suisse, s’intéresse aussi à la théologie, à la philosophie et à l’apologétique. «Seulement, quand les mots ne parviennent pas à expliquer une expérience, un vécu, un ressenti, la musique se trouve être la meilleure manière de s’exprimer.»

La particularité de la musique orchestrale et épique, sans paroles, c’est qu’elle rejoint des personnes de toutes langues et de toutes croyances, en témoignent les commentaires sur sa principale chaîne YouTube. Certains affirment être musulmans et disent se sentir encouragés dans leur foi. D’autres encore y trouvent de l’inspiration pour peindre ou dessiner. «Je ne crois en aucun dieu, mais vous me faites sentir qu’il y a quelque chose de plus grand, que je ne peux comprendre et qui existe quelque part. Cela donne du sens à votre travail et le rend plus puissant», indique un des internautes en commentaire. Une belle récompense pour un artiste qui met du sens dans ce qu’il fait.

Thèmes liés:
Eurythmics - Sweet Dreams -

«Sweet Dreams», Eurythmics

Ces hits entrés dans l'histoire. Dans sa chronique mensuelle Jonathan Hanley revient sur le tube des années 1980 «Sweet Dreams» qui évoque l’ambiguïté de nos motivations relationnelles et l'insatisfaction.

Publicité