Skip to content

Le Covid a influencé leur activité professionnelle: ils témoignent

© Istockphoto
Clara, Pascal Bisch et Pascal Bourquin ont tous les trois vécu une situation professionnelle difficile, où leur foi en Dieu a été mise à rude épreuve, pour le meilleur. Portraits.
Sandrine Roulet

Clara, un nouveau poste aux ressources humaines

En 2019, Clara (prénom d’emprunt, nom connu de la rédaction) ressent le besoin d’évoluer professionnellement. La trentenaire martiniquaise accepte donc un poste à responsabilité dans une nouvelle entreprise. Officiellement, sa nouvelle responsable, l’ancienne DRH, veut prendre ses distances avec les ressources humaines. Mais Clara se rend vite compte que cette dernière contrôle, voire s’approprie son travail et communique peu. Peu à peu, elle découvre même qu’elle dit une chose et en fait une autre… Lorsque la Martinique est soumise au confinement à cause du Covid, Clara passe au télétravail. Mais travailler dans ces conditions est difficile, à plus forte raison que sa responsable ne donne presque pas de nouvelles. «Quand on a repris, j’ai senti qu’on m’utilisait pour se débarrasser d’un directeur en cherchant à me faire mentir», relate Clara. Dans la prière, elle confie la situation à Dieu: «C’était plutôt un combat spirituel, l’enjeu me dépassait!»

Publicité

Mais la situation de Clara se dégrade. Au travail, elle doit être sur ses gardes et tout noter, pour contrer les «stratagèmes» de sa responsable. Un jour, dans une discussion, Clara rappelle à une amie que Jésus dit «Venez et voyez» (Jean 1, 39), car il s’agit d’abord de faire un pas de foi avant de savoir où l’on va. «En prononçant ces mots, j’ai compris que Dieu me parlait à moi-même. Ma place n’était plus dans cette société.» Mais est-ce le moment de perdre son emploi, en pleine pandémie, alors que son mari et elle construisent une maison? Clara prie pour que Dieu rende sa responsable favorable.

Et en effet, cette dernière lui propose elle-même une rupture conventionnelle. Depuis mi-août, Clara a pris le temps de se reconstruire. Malgré les épreuves vécues dans ce dernier poste, elle estime être montée en compétence et avoir beaucoup appris, notamment que «sauver son âme est plus important que sauver sa carrière et ses finances». «J’ai aussi fait de belles rencontres, comme une collègue évangélique qui est devenue une amie.» Elle regarde l’avenir avec confiance, car elle sait que Dieu la précède dans ses recherches, comme il l’a fait par le passé.

LIRE LES DEUX AUTRES TÉMOIGNAGES :

Pascal Bourquin, directeur des remontées mécaniques de Grimentz-Zinal

Pascal Bisch, gérant d’un groupe d’agences immobilières

Dossier: Entreprises
Thèmes liés:
Anne Schweitzer

Dieu se manifeste aussi dans la faiblesse

Anne Schweitzer est engagée à temps plein comme permanente avec Agapé France. Impliquée avec l’association Compagnons de Route, le pôle lyonnais de la Fédération protestante de France (FPF) et l’association Elan qui œuvre auprès de…

Publicité