Skip to content

Gaëlle met sa foi en mouvement

Gaëlle
© DR
Animatrice socio-culturelle de formation, Gaëlle a l’évangélisation chevillée au corps. Le Bibliobus est l’un de ses champs de mission. Portrait.

Passionnée de rap et de slam, Gaëlle aime le mot finement choisi. Discrète mais investie, sa vie peu banale a certainement affûté sa sensibilité. Convertie il y a vingt ans, sa foi devient sa force et Dieu son réconfort.

Un rêve inavoué

Publicité

Bénévole pour la Maison de la Bible de Lyon, elle reconnaît s’être longtemps réfugiée derrière les livres alors que l’évangélisation de rue était son rêve inavoué. L’association Clef, soutenue par la Maison de la Bible de Lyon, répondra à ses prières. Quelques pas hors des murs et elle rejoint l’équipe du Bibliobus portée par Jean Patyn, un évangéliste lyonnais à l’origine du projet. Depuis deux ans, Gaëlle trouve peu à peu sa place et l’aisance nécessaire pour accueillir un public plutôt ouvert.

Le Bibliobus attire les passants

Installé chaque jeudi entre 16 h et 18 h au pied de la gare de Meyzieu, dans la proche banlieue lyonnaise, le bus expose à prix symbolique de la littérature chrétienne comme des livres grand public. Le premier est gratuit et les suivants sont vendus au prix de un euro, sur un dispositif organisé d’étagères extérieures, de caisses et de bibliothèques intérieures. Atypique, le Bibliobus attire des passants curieux qui en redemandent. «Les gens traversent la rue pour venir voir ce qui se passe», explique Gaëlle. «Cela nous permet d’engager la conversation en y mettant parfois un peu d’humour. Nous sommes conscients que le livre est un prétexte. De semaine en semaine, nous apprenons à connaître les passants et c’est très encourageant», confie-t-elle.

Elle cherche à suivre le modèle de Christ

Telle une respiration au milieu du brouhaha quotidien, le Bibliobus a renforcé sa présence cet été, attirant chaque lundi les riverains de Vaulx-en-Velin. Sur le terrain, Gaëlle vit de belles expériences mais affronte aussi des revers, avec la certitude néanmoins d’être au bon endroit: «J’ai toujours eu à cœur de partager ma foi mais ça a mis des années à se construire. Aujourd’hui, je me sens libre d’annoncer l’Evangile directement et cela m’encourage, parce que je me sens à ma place.»

Le modèle du Christ dans son ministère l’a toujours touchée et portée, «il est celui qui va à la rencontre de chacun». Un soin qu’elle cherche à développer lors de tous ses échanges, même éphémères: «Nous n’avons pas forcément de longues conversations mais les gens reviennent. La foi m’aide tellement dans des situations parfois difficiles que je n’ai qu’une envie, c’est de partager ce cadeau», assure-t-elle. «Le Saint-Esprit m’encourage à oser poser des questions au sujet de Dieu et sur le sens de la vie. Et quand je doute, je mets ma confiance en Dieu, et là je suis toujours étonnée!»

Thèmes liés:
Bernarbel

Fier de proclamer le nom de Jésus

Agé de seize ans et tout fraîchement baptisé, Bernabel n’a pas peur de clamer haut et fort son appartenance à Jésus. Né d’un père musulman et d’une mère témoin de Jéhovah, il vit un parcours…

Publicité