Skip to content

Quatorze jours par naissance, serait-ce trop demander ?

Un père tient son fils nouveau né dans les bras
© iStock
La population suisse doit se prononcer le 27 septembre sur l’instauration d’un congé de paternité payé. Loin de faire l’unanimité, certains pères évangéliques l’appellent de leurs vœux. Enquête.

Selon une récente enquête, 63% des Suisses se prononcent en faveur d’un congé de deux semaines pour les pères. Quid des évangéliques? Si la première initiative populaire prévoyait un congé de quatre semaines, le Parlement lui en a préféré deux. Actuellement les pères qui travaillent ne bénéficient que d’un ou deux jours de congé paternité à la naissance d’un enfant, ce qui fait bondir ses fervents défenseurs. «On n’en est plus à la maman confinée à la cuisine et à l’Eglise! Les hommes évangéliques ont aujourd’hui pleinement conscience de leur part dans l’éducation des enfants», soutient Philippe Siraut, chargé de projets au parti évangélique suisse (PEV) pour la Suisse romande.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité