Skip to content

L’Eglise au pays du Soleil-Levant

© Basilique des Vingt-Six Saints Martyrs du Japon à Nagasaki / Domaine public
Modeste par sa taille, l’Eglise du Japon puise ses racines dans une histoire ancienne, une histoire marquée par le courage de ses martyrs. Elle subsiste à l’ombre du shintoïsme et d’un bouddhisme avant tout rituels.
Nathania Clark

Modeste par sa taille, l’Eglise du Japon puise ses racines dans une histoire ancienne, une histoire marquée par le courage de ses martyrs. Elle subsiste à l’ombre du shintoïsme et d’un bouddhisme avant tout rituels.
Malgré un climat de liberté religieuse, peu de Japonais embrassent la foi chrétienne. Ce constat a fait l’objet d’un séminaire organisé par la «Japan Evangelical Association» en décembre dernier à Tokyo.

Les chrétiens sont rares au Japon

Publicité

Selon les chiffres de l’OMF (Overseas Missionary Fellowship), les chrétiens confessant représentent 2,2% d’une population de 126 millions d’habitants. Les évangéliques ne représentent que 0,58% de la population contre 68,7% de bouddhistes. «Les Japonais tendent à se définir comme un peuple séculier, sans religion», explique Jack Bell, pasteur et missionnaire dans la région de Kawasaki. Ce dernier précise néanmoins que la majorité des gens prennent part à des cérémonies shintoïstes et boudhistes.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité