Skip to content

Le décès de Ravi Zacharias marque-t-il la fin d’une époque?

L’évangéliste d’origine indienne est à ranger à côté des Blaise Pascal, Francis Schaeffer et autres C. S. Lewis et son décès laisse un vide. L’occasion de reparler de ces gens qui ont consacré leur vie à articuler rationnellement la foi chrétienne, à l’heure où l’on pense d’abord avec des images et des émotions.
Nathania Clark

Les grands défenseurs de la foi chrétienne ont-il encore une voix dans un monde en perte d’absolus? C’est la certitude des apologètes d’hier et d’aujourd’hui.
Défendre un point de vue par l’argumentation, voilà le champ d’action de l’apologétique, du grec apologia: justification, défense. L’apologétique chrétienne a pour mission de communiquer les vérités bibliques de façon intellectuellement satisfaisante et accessible. Ravi Zacharias fondait sa démarche sur «cette double responsabilité de rendre claires des affirmations de vérité et de donner des réponses aux questions que les gens posent». L’apôtre Pierre, qu’il aimait à citer, écrivait ceci: «Sanctifiez dans vos cœurs Christ le Seigneur, étant toujours prêts à vous défendre, avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous.» (1 Pie. 3,15)

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité