Skip to content

Les réseaux et l’impossible vérité

Liberté d'expression sur les réseaux sociaux
© iStock
Chronique d'Hugues Not. Cet été probablement, un procès va poser un jalon dans le domaine de la liberté d’expression à l’âge des réseaux sociaux.
Hugues Not

Cet été probablement, un procès va poser un jalon dans le domaine de la liberté d’expression à l’âge des réseaux sociaux. Signe des temps, celui-ci va tourner autour de l’article 230 de la loi américaine et opposer les GAFAM au gouvernement. Ce fameux article prévoyait que Facebook, Twitter & Co ne seraient pas jugés responsables devant la loi des contenus qu’ils mettent à disposition, à la condition de ne pas se mêler desdits contenus. Et il était destiné à la base à soutenir la diversité des opinions et le débat démocratique. Mais depuis que Twitter appose des commentaires aux tweets de Donald Trump, ce dernier a ouvert un nouveau front dans sa guerre contre les médias. Sa motivation paraît une fois de plus très personnelle, mais ses arguments sont solides: «Si Twitter me censure et me contredit, il se conduit alors en éditeur et doit donc être traité comme tel, c’est-à-dire assumer moralement les contenus qu’il publie.»

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Mai 2017 - Un Irakien marche dans les décombres de l'église Saint-Ephraïm, une église syriaque orthodoxe de Mossoul, très endommagée, des mois après que cette partie de Mossoul a été reprise à l'Etat islamique.

Pourquoi sommes-nous abandonnés?

Edito. Pâques a un lien évident avec le martyre et la persécution. Curieusement, on utilise rarement ce dernier mot pour qualifier la Passion de Jésus. Il a pourtant bel et bien été persécuté par ses…

Publicité