Skip to content

Une parenthèse de liberté religieuse

© Portes ouvertes
La crise sanitaire a-t-elle allégé la pression sur les groupes minoritaires, en particulier les chrétiens, pris dans des conflits ou sous des régimes autoritaires? Analyse.
David Métreau

La pandémie de Covid-19 a mis à l’arrêt la plupart des pays du monde et en pause certains conflits politiques et sociaux. «Dans plusieurs pays, la priorité des autorités n’est plus d’opprimer les groupes minoritaires», déclare Wissam al-Saliby, juriste qui travaille à Genève pour l’Alliance évangélique mondiale, «mais la pression s’accroît ici et là.» Il cite le cas des musulmans en Inde «accusés de propager le virus», des Africains en Chine qui servent de boucs émissaires ou l’hostilité croissante à l’égard des Juifs orthodoxes de New York, durement touchés par le coronavirus. «En France, cette haine et ces appels à la discrimination se sont dirigés contre la Porte Ouverte Chrétienne de Mulhouse.»

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Pourquoi ce qui se passe aux USA nous concerne-t-il tant?

Les Etats-Unis et leurs élections sont scrutés bien au-delà de leurs frontières. Mais pourquoi ce qui se passe outre Atlantique nous intéresse-t-il autant? Cécile Coquet-Mokoko, professeure de civilisation américaine à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, propose…

Donald Trump placé sous la protection de Dieu par des pasteurs évangéliques lors d'un rassemblement chrétien à Cleveland Heights en septembre 2016

Les néo-charismatiques de la Maison Blanche

Professeur titulaire au département d’études théologiques à l’université Concordia à Montréal, André Gagné est l’auteur du livre «Ces évangéliques derrière Trump» qui vient de paraître aux éditions Labor et Fides. Entretien.

Publicité