Skip to content

Pensée forte

© Mayer.info
Situation paradoxale: dans des temps de crise, le besoin d’être ensemble, de confesser sa foi, est ressenti d’autant plus fortement, mais la chaleur du groupe réuni pour partager ses convictions et ses émotions est incompatible avec les directives sanitaires strictes entrées en vigueur dans de nombreux pays. Rassemblements religieux et megachurches sont difficilement compatibles avec une situation de pandémie. Mais les communautés évangéliques ont un avantage: elles ne sacralisent pas des lieux de culte et certaines utilisent des lieux séculiers convertis ou loués chaque dimanche. Le message et l’expérience de conversion individuelle ne demandent pas un cadre particulier; voir un pasteur parler depuis son salon est inhabituel, mais pas insolite pour les croyants.»

Situation paradoxale: dans des temps de crise, le besoin d’être ensemble, de confesser sa foi, est ressenti d’autant plus fortement, mais la chaleur du groupe réuni pour partager ses convictions et ses émotions est incompatible avec les directives sanitaires strictes entrées en vigueur dans de nombreux pays. Rassemblements religieux et megachurches sont difficilement compatibles avec une situation de pandémie. Mais les communautés évangéliques ont un avantage: elles ne sacralisent pas des lieux de culte et certaines utilisent des lieux séculiers convertis ou loués chaque dimanche. Le message et l’expérience de conversion individuelle ne demandent pas un cadre particulier; voir un pasteur parler depuis son salon est inhabituel, mais pas insolite pour les croyants.»

Jean-François Mayer, historien et sociologue des religions, Religio.info

Publicité

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui juin 2020

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Image du dessin animé de 1966 : Comment le Grinch a volé Noël !

Faut-il annuler Noël?

L'édito de la rédaction. Face à la pandémie, il faut «annuler Noël», préconisait un médecin début novembre sur un plateau télévision. Les autres années, ces propos n’auraient pu être tenus que dans la bouche d’un…

Publicité