Skip to content

Bravo, les marathoniens!

Coureurs de Marathon
© Martin Vorel / Domaine public
Edito de la rédaction. Face à la crise sanitaire, certains responsables politiques adoptent la métaphore martiale: «Nous sommes en guerre!» D’autres préfèrent des références sportives
David Métreau

Face à la crise sanitaire, certains responsables politiques adoptent la métaphore martiale: «Nous sommes en guerre!» D’autres préfèrent des références sportives: «C’est un marathon.» Ces éléments de langage témoignent peut-être davantage du caractère de leur locuteur que de la réalité de son action. Il existe toutefois bien un lien entre la guerre et cette belle épreuve sportive de 42 kilomètres et 195 mètres. Selon la légende, à l’issue de la bataille de Marathon, le jeune Euclès (ou Phidippidès, selon les versions) aurait été dépêché vers Athènes pour annoncer la victoire contre les Perses lors de la première guerre médique. Débarquant dans l’Acropole, il aurait crié nenikekamen! («nous avons gagné») avant de s’écrouler.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Un homme regardant un match de football à la télévision, bien installé dans son canapé.

Participants ou spectateurs?

Sur un terrain de football, en politique ou en Eglise, l'émotion et l'engagement ne sont pas identiques que l'on soit sur le terrain ou un pas de côté à observer. L'édito de la rédaction.

Publicité