Skip to content

Face à la menace, réconcilier la foi et le bon sens

© Istockphoto
L’épidémie actuelle interroge la nature et l’exercice de la foi: celle-ci nous apporte-t-elle d’abord une espérance ou a-t-elle également le pouvoir de nous immuniser? Plaidoyer pour un sain équilibre.
Nathania Clark

Le Chapman Survey of American Fears, une étude menée aux Etats-Unis entre 2014 et 2018, a montré que, face à la menace d’une pandémie, les protestants conservateurs américains se déclarent moins sujets à la peur que le reste de la population. Cette tendance se marque encore davantage chez les personnes qui fréquentent une Eglise régulièrement. Ce constat témoigne de la paix que la Bonne Nouvelle apporte à ceux qui croient. Mais il pose également une question: y a-t-il une attente, voire une pression sociale sur les groupes où la foi est valorisée et la peur perçue comme une faiblesse? Et si oui, cela peut-il favoriser des comportements à risque en terme de prévention?

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Dan et Babs Izzet

Il était une foi… Dan et Babs Izzet

Trois mois après son mariage en août 1970, Babs Izzett apprend que son mari Dan est atteint de syphilis... Pourtant, malgré les pressions, elle le croit quand il affirme n’avoir eu aucune autre partenaire.

Publicité