Skip to content

Pasteurs autodidactes, ils sont reconnus

© iStockphoto
Si la plupart des responsables du milieu évangélique ont suivi des formations théologiques diplômantes, on trouve une minorité de profils atypiques. Présentation de quelques-uns de ces autodidactes aux compétences largement reconnues. Dossier: Formation biblique
Nicolas Fouquet

Ne pas suivre les filières de formation traditionnelles n’empêche pas d’occuper certains postes à responsabilités dans le milieu évangélique. Ce n’est certes pas la voie classique mais une légitimité peut se construire progressivement dans le temps.
Directeur des études au SEL, Daniel Hillion explique ainsi que «quand on n’a pas de diplôme, il faut être modeste et avancer à petit pas». De cette façon, il en est lui-même arrivé jusqu’à devenir membre du comité théologique du Conseil national des évangéliques de France (CNEF). Il y a d’abord été invité pour intervenir sur un chantier précis avant qu’on ne lui demande de rester. «La légitimité vient en partie de la reconnaissance des autres», poursuit-il.
Ces parcours qui sortent de l’ordinaire conduisent parfois à des situations qui amusent les premiers concernés eux-mêmes. Yohann Tourne est responsable du ministère universitaire aux GBU. Il livre cette anecdote: «Un jour, j’ai été convié comme orateur à la journée fraternelle de l’Institut de Théologie Evangélique qui regroupe les étudiants de Vaux-sur-Seine et de Nogent-sur-Marne. J’ai donné deux enseignements alors que j’étais sûrement le moins diplômé de la salle.»

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité