Skip to content

La Passerelle: dix ans d’entraide locale

© iStockphoto
L’activité de soutien scolaire proposée par l’Eglise évangélique La Passerelle à Vevey fête ses dix ans. Chaque mercredi, entre six et huit bénévoles membres de l’Eglise s’engagent pour aider une douzaine de jeunes à faire leurs devoirs. Ce n’est qu’un exemple parmi les multiples actions sociales développées par cette communauté…

L’activité de soutien scolaire proposée par l’Eglise évangélique La Passerelle à Vevey fête ses dix ans. Chaque mercredi, entre six et huit bénévoles membres de l’Eglise s’engagent pour aider une douzaine de jeunes à faire leurs devoirs. Ce n’est qu’un exemple parmi les multiples actions sociales développées par cette communauté de foi qui souhaite répondre à l’appel de Jésus en Matthieu 25, verset 35 et suivants: «J’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger; j’ai eu soif, et vous m’avez donné à boire; j’étais étranger, et vous m’avez recueilli.»

Six tonnes de nourriture chaque mois
Trois fois par semaine, à Vevey et à Clarens, l’Eglise est engagée dans la distribution de nourriture par le biais de l’association œcuménique Partage Riviera dont elle est à l’origine. Cette aide atteint un total d’environ six tonnes par mois. «Nous voulons être une bénédiction pour notre ville et faire rayonner l’amour de Dieu», explique son pasteur Jean-Blaise Roulet. «Ce ne sont pas des activités d’évangélisation: nous nous situons dans un concept missionnel où l’Eglise est évangélisation», précise-t-il. Lors des distributions de nourriture un aumônier se tient pour répondre aux interrogations et besoins spirituels des personnes qui le souhaitent.
Missionnels, oui, intéressés, non
En plus, une fois par mois, une permanence est proposée pour ceux qui ont besoins de vêtements. L’immense majorité des bénéficiaires ne fréquentent pas l’Eglise. Les deux tiers environ sont d’un arrière-plan musulman, originaires de pays en guerre: Afghanistan, Syrie, etc. «Nous ne menons pas ces actions pour remplir l’église. Ce n’est en tout cas pas le bon moyen pour le faire, car à ce niveau-là, les retours seraient assez frustrants», explique Jean-Blaise Roulet. «Nous agissons dans un esprit de gratuité, même si cela débouche parfois sur de belles amitiés et des relations de confiance».

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui février 2020

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité