Skip to content

Homosexualité: le dialogue plus que jamais nécessaire

© iStockphoto
«Pécheurs» contre «homophobes»: le dialogue entre protestants conservateurs et personnes LGBTI est devenu difficile, voire quasiment impossible. Faut-il se résigner à ce dialogue de sourds, qui divise aussi profondément les Eglises entre elles? La parole à quelques pasteurs qui se sont tenus et se maintiennent sur la brèche. Une lettre ouverte et une tentative de définir l’accueil dont on parle beaucoup complètent ce dossier.
David Métreau

La campagne autour de la votation fédérale sur l’homophobie l’illustre bien, comme les frictions en France autour des lois bioéthiques: les temps sont à l’escalade des jugements dans le débat public et sur les réseaux sociaux.
Cela ne vient pas de nulle part: «Il faut reconnaître que les chrétiens ont tendu le bâton pour se faire battre, souvent coincés dans une attitude rigoriste, une lecture très littérale et une attitude souvent extrême et contre-productive», estime Claude Riess (photo). Cordinateur de l’association Torrents de Vie en France, laquelle propose un accompagnement aux chrétiens aux prises avec des tendances homosexuelles, il est ainsi au cœur du débat. «A l’inverse, chez d’autres chrétiens, la tolérance est davantage mise en avant que l’Ecriture», poursuit-il. Entre les deux, la position est peu confortable, estime-t-il. «Il y a une vraie lacune dans le milieu chrétien évangélique. On commence doucement à aborder ces questions-là. Cela fait peur car il n’y a pas de réponses toutes faites», explique Claude Riess.

Dossier: Ethique
Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité