Skip to content

Laïcité à Genève: le Réseau répond au gouvernement

© DR
Début septembre, les signataires du recours contre la loi sur la laïcité de l’Etat de Genève ont fait parvenir tribunal leurs arguments en faveur d’une révision partielle. Dans son argumentaire, le Réseau Evangélique suisse (RES) redit son soutien au but de la loi, mais conteste l’interdiction faite aux élus dans les organes législatifs de porter des signes religieux extérieurs. «Ces élus ne représentent pas l’Etat, mais bien le peuple dans sa diversité. Elle n’est donc pas nécessaire.» Le RES souligne que cette loi opte pour une interdiction plus stricte que la loi sur l’instruction publique, alors que les enseignants sont face à un public mineur et ont un rôle éducatif. «Cette norme constitue également une discrimination indirecte dans la mesure où elle ferme la porte de la fonction publique aux croyants qui portent des signes religieux.»
Sandrine Roulet

Début septembre, les signataires du recours contre la loi sur la laïcité de l’Etat de Genève ont fait parvenir tribunal leurs arguments en faveur d’une révision partielle. Dans son argumentaire, le Réseau Evangélique suisse (RES) redit son soutien au but de la loi, mais conteste l’interdiction faite aux élus dans les organes législatifs de porter des signes religieux extérieurs. «Ces élus ne représentent pas l’Etat, mais bien le peuple dans sa diversité. Elle n’est donc pas nécessaire.»
Le RES souligne que cette loi opte pour une interdiction plus stricte que la loi sur l’instruction publique, alors que les enseignants sont face à un public mineur et ont un rôle éducatif. «Cette norme constitue également une discrimination indirecte dans la mesure où elle ferme la porte de la fonction publique aux croyants qui portent des signes religieux.»

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité