Skip to content

Un apôtre s’en est allé

© DR
Le pasteur Jean-Claude Chabloz est décédé le 5 avril dernier, à l’âge de 77 ans des suites d’une santé défaillante qui l’aura accompagné tout au long de sa féconde carrière. Pasteur toute sa vie des Eglises apostoliques, il aura débordé largement de son bassin d’origine avec un ministère pionnier qui l’a notamment amené à l’aumônerie parlementaire et à une sensibilité particulière pour les malades. «Comment a-t-il eu tant d’influence et accumulé tant de rencontres, lui qui était physiquement si fragile? Et quelle inaltérable joie de vivre», s’émerveillait le pasteur David Selvaratnam. D’«apostolique», Jean-Claude Chabloz avait aussi la volonté d’amener l’Eglise de Suisse toujours plus loin. En même temps, cet homme était doué d’une remarquable capacité d’observation des détails de la vie qu’il intégrait à sa prédication, enseignant à partir du quotidien de ses contemporains à l’instar de Jésus. «Même en son grand âge, il restait un ministère vert, juvénile presque. Il a vraiment permis à notre mouvement apostolique de s’élargir et il laisse derrière lui un héritage considérable», témoignait le pasteur Olivier Favre de Neuchâtel. Avec Jean-Claude Chabloz, c’est un peu l’un des derniers «grands» de sa génération qui s’en va.
Joël Reymond

Le pasteur Jean-Claude Chabloz est décédé le 5 avril dernier, à l’âge de 77 ans des suites d’une santé défaillante qui l’aura accompagné tout au long de sa féconde carrière. Pasteur toute sa vie des Eglises apostoliques, il aura débordé largement de son bassin d’origine avec un ministère pionnier qui l’a notamment amené à l’aumônerie parlementaire et à une sensibilité particulière pour les malades. «Comment a-t-il eu tant d’influence et accumulé tant de rencontres, lui qui était physiquement si fragile? Et quelle inaltérable joie de vivre», s’émerveillait le pasteur David Selvaratnam.
D’«apostolique», Jean-Claude Chabloz avait aussi la volonté d’amener l’Eglise de Suisse toujours plus loin. En même temps, cet homme était doué d’une remarquable capacité d’observation des détails de la vie qu’il intégrait à sa prédication, enseignant à partir du quotidien de ses contemporains à l’instar de Jésus. «Même en son grand âge, il restait un ministère vert, juvénile presque. Il a vraiment permis à notre mouvement apostolique de s’élargir et il laisse derrière lui un héritage considérable», témoignait le pasteur Olivier Favre de Neuchâtel. Avec Jean-Claude Chabloz, c’est un peu l’un des derniers «grands» de sa génération qui s’en va.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité