Skip to content

Ras-le-bol justifié des agriculteurs

© Istockphoto
L’agriculture vit des jours sombres et ses acteurs le ressentent. Quel avenir se dessine pour la paysannerie? Dossier: Paysans croyants
Joëlle Misson

«Pollueur, bourreau d’animaux», le paysan souffre d’une sale image et doit rendre des comptes, en plus de travailler parfois jusqu’à soixante heures par semaine. C’est ce rythme de vie associé à une précarité grandissante qui a causé le suicide de 447 paysans suisses entre 1991 et 2014. Alors que le taux de suicide global est en baisse depuis les années 90, dans la population paysanne il a augmenté depuis 2003.
En France, on parle d’un suicide tous les deux jours, ce qui en fait la deuxième cause de mortalité dans la population agricole. Depuis quelques années, ce phénomène est connu du grand public et des aides ont été mises en place, dans le monde chrétien comme séculier.

Dossier: Paysans
Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité