Skip to content

Nous pouvons être libérés de notre passé

© DR
A 68 ans, Mirella Deriaz sert son prochain dans un centre de relation d’aide à Yverdon-les-Bains, en Suisse en s’impliquant aussi, avec son mari, pour les couples. Elle porte en équipe la responsabilité de la formation à la relation d’aide chrétienne FORRAC. Entretien.
Sandrine Roulet

Quand avez-vous rencontré Jésus?
Je viens d’une famille réformée peu pratiquante. En 1981, j’ai rencontré un chrétien qui m’a partagé le projet de Dieu pour chacun. Les paroles d’Esaïe 46, 4 «Jusqu’à votre vieillesse je serai le même, jusqu’à vos cheveux blancs je vous soutiendrai» ont atteint mon cœur chahuté par des circonstances de vie difficiles. Je me suis sentie accueillie par Dieu. Lors d’un séminaire, j’ai dit oui au salut en Jésus-Christ.
Peu affermie, j’ai choisi des chemins humains pour soulager ma souffrance. Après des années d’errance, j’ai rejoint une Eglise. J’ai su que Jésus m’aimait et qu’il voulait me délivrer. A 68 ans, mes cheveux sont blancs et la promesse d’Esaïe s’accomplit au quotidien.
Le joug qui pesait sur mes épaules a trouvé une réponse. Peu à peu, j’ai échangé mon manque de confiance, mes peurs, mes brisements pour entrer dans une nouvelle vie, à l’écoute de ses conseils. Me savoir pardonnée de mes mauvais choix m’a permis de vivre dans la paix, la joie et les projets de Dieu.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité