Skip to content

Quand le devoir devient délit

© DR
Alors que la France vient d’assouplir le délit de solidarité, celui-ci défraie la chronique en Suisse. Le point.
Sandrine Roulet

Les chrétiens sont-ils condamnés à transgresser la loi pour aider leur prochain? C’est la question qui se pose suite aux déboires judiciaires de deux évangéliques suisses fin de l’été. Le pasteur et ancien président du RES, Norbert Valley, a écopé d’une peine de CHF 1000 (885 euros) avec sursis ainsi que des frais de justice. Son crime, avoir offert le «gîte et repas» à un demandeur d’asile refoulé. Une jeune femme a pour sa part été condamnée pour avoir sous-loué son appartement à un réfugié débouté, alors même que c’est l’Etablissement vaudois d’accueil des migrants qui règle le loyer. Elle a par la suite été acquittée en appel le 18 septembre.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité