Skip to content

Inde: ils accordent le pardon, sans que justice ne soit rendue

© DR Portes Ouvertes
Dix ans après l’une des plus grandes vagues de persécutions subies par les chrétiens en Inde, le même scénario pourrait se répéter, en marge des élections législatives de 2019. Les croyants s’efforcent de pardonner, malgré les injustices. Enquête.
David Métreau

«Avec les élections générales de 2019 qui approchent, il est tout à fait possible que les violences anti-chrétiennes dans le district de Kandhamal se reproduisent, là-bas ou partout ailleurs en Inde», s’alarme le révérend Vijayesh Lal, secrétaire général de Evangelical Fellowship of India (EFI), qui représente les évangéliques au niveau national, dans leur diversité. Pour lui, le risque pour les chrétiens est plus élevé que jamais et concerne l’Inde entière.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

De gauche à droite, le ministre des Affaires étrangères du Bahreïn, Dr. Abdullatif bin Rashid Al-Zayani, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le président des Etats-Unis Donald Trump et le ministre des Affaires étrangères des Emirats arabes unis, Abdullah bin Zayed Al Nahyan

Une paix ambiguë

Pour certains, les accords d’Abraham signés entre Israël et deux pays du Golfe persique grâce à la médiation des Etats-Unis sont historiques. Mais sont-ils vraiment une avancée vers la paix? Que vont-ils changer? Et peut-on…

Publicité