Skip to content

Citer la Bible en politique, tentant mais périlleux

© iStockphoto
Certains politiciens brandissent des textes bibliques pour appuyer leurs discours. Cette utilisation parfois abusive ne sert pourtant pas toujours l’image de l’homme d’Etat, ni celle des chrétiens. Il s’agit de choisir des citations avec sagesse. Analyse.
Sandrine Roulet

Citer la Bible en politique, expression d’une conviction ou instrumentalisation du religieux?
En juin, Jeff Sessions (photo), ministre américain de la Justice, justifiait l’obéissance aux lois de l’Etat, notamment celle qui sépare les familles immigrées, en citant la Bible: «Je pourrais vous renvoyer à l’apôtre Paul et à son commandement clair et sage qu’il faut obéir aux lois du gouvernement.» En Europe, la cohérence entre les valeurs chrétiennes et la politique de Viktor Orban, premier ministre hongrois, interroge: «N’est-ce pas un devoir de chrétiens que d’aider des gens?», demandait l’eurodéputée libérale Sophie in’t Veld quand la Hongrie a voté la pénalisation des ONG soutenant les migrants. Peut-on se référer à la Bible en politique? Où commence l’instrumentalisation?

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité