Skip to content

Amérique latine: l’émergence des évangéliques en politique

© Agência Senado, via Wikimedia Commons
Les évangéliques s’engagent en politique dans les pays d’Amérique du Sud. Dans une culture marquée par la corruption et les trahisons politiques en tous genres, la présence de ces candidats, souvent des pasteurs, interpelle. Analyse. Photo: Marcelo Crivella, maire de Rio de Janeiro, en fonction depuis le 1er janvier 2017, est évangélique
Sandrine Roulet

Ces dernières années ont vu l’émergence de plusieurs candidats évangéliques à des élections présidentielles en Amérique latine. Début avril, Fabricio Alvarado échouait face à son concurrent au Costa Rica. Au premier tour, ce pasteur était pourtant arrivé en tête en faisant campagne pour la défense de la famille traditionnelle.
On se souvient de Marina Silva, troisième aux présidentielles de 2010 et 2014 au Brésil. Cette candidate écologiste est à nouveau dans la course pour l’élection d’octobre 2018. Autre «papable» brésilien, le très conservateur Jair Bolsonaro se déclare aussi évangélique. De son côté, Viviane Morales a réussi à unir les évangéliques colombiens derrière sa candidature avant de se retirer au profit d’Ivan Duque, qui a été élu président le 17 juin, avec le soutien des évangéliques. Au début des années 90, Claudia Rodriguez de Catellanos se portait déjà candidate à la présidence de la Colombie. Ayant échoué, elle a été la première évangélique membre du Congrès de son pays.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité