Skip to content

Un trop facile «je suis désolé»

Ce n’est pas tous les jours que le patron d’une multinationale est convoqué devant le Congrès de la nation la plus puissante au monde pour s’expliquer. Un peu comme un brillant élève pris en flagrant délit de triche, Marc Zuckerberg a fait amende honorable devant les sénateurs. «C’était mon erreur et je suis désolé», a-t-il «confessé» à propos du scandale de l’utilisation des données personnelles par Cambridge Analytica.

Ce n’est pas tous les jours que le patron d’une multinationale est convoqué devant le Congrès de la nation la plus puissante au monde pour s’expliquer. Un peu comme un brillant élève pris en flagrant délit de triche, Marc Zuckerberg a fait amende honorable devant les sénateurs. «C’était mon erreur et je suis désolé», a-t-il «confessé» à propos du scandale de l’utilisation des données personnelles par Cambridge Analytica.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité