Skip to content

Martin Luther King, la non-violence qui dérange

© DR
Alors que l’année 2018 marque le cinquantième anniversaire de la mort de Martin Luther King, force est de constater que son combat pour la non-violence ne fait pas l’unanimité dans les Eglises. Quel héritage a-t-il laissé? Y a-t-il aujourd’hui des guerres «justes»? Pourquoi les Américains semblent-ils à la fois chrétiens et violents? Dossier.
Joëlle Misson

L’année 2018 marque le cinquantième anniversaire de l’assassinat de Martin Luther King. Ce pasteur baptiste, devenu icône de la non-violence au même titre que Gandhi, dont il s’est inspiré, est mondialement connu pour avoir lancé le mouvement pour les droits civiques des Noirs aux Etats-Unis entre les années 50 et 60.
Cette lutte, dont on attribue le début au boycott des bus de Montgomery, en 1955, se solde par le Civil Rights Act de 1964 interdisant toute forme de discrimination raciale dans les lieux publics. Sa motivation, sa force et sa persévérance, Martin Luther King (MLK) les puisait dans sa foi en Dieu et dans le Christ. S’il a pour sûr été une inspiration pour les milieux pacifistes et de résistance, a-t-il également influencé les milieux chrétiens et notamment évangéliques? Rien n’est moins sûr.

Dossier: Violence
Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité