Skip to content

Un début d’année sur le ton du dialogue pour la FPF

© Ixène
L’actualité du protestantisme français a été riche en ce début d’année. Le 24 janvier, le premier ministre Edouard Philippe (photo) a été reçu à la Fédération protestante de France lors de la traditionnelle cérémonie des vœux. Il y a décliné sa vision de la laïcité conforme aux prises de positions…

L’actualité du protestantisme français a été riche en ce début d’année. Le 24 janvier, le premier ministre Edouard Philippe (photo) a été reçu à la Fédération protestante de France lors de la traditionnelle cérémonie des vœux. Il y a décliné sa vision de la laïcité conforme aux prises de positions publiques du président Emmanuel Macron. «Il est indispensable que l’Etat et les cultes entretiennent un dialogue suivi car les religions participent pleinement de la vie de la nation.» Les protestants, ces «tutoyeurs de Dieu», sont à ses yeux «des interlocuteurs incontournables de la République»: «500 ans après les thèses de Wittenberg, vous continuez à afficher vos convictions: soyez-en remerciés.»
Les 27 et 28 janvier, la FPF tenait son assemblée générale annuelle. Son président, François Clavairoly, est revenu sur les épreuves traversées par le lien fédératif, estimant qu’il s’en trouvait aujourd’hui «renforcé».
Quant aux relations tendues avec le CNEF, l’assemblée générale de la FPF a voté une recommandation qui «encourage le conseil à poursuivre le dialogue en favorisant tous les lieux de collaboration possibles (Mosaïc, aumôneries, plateformes, etc.)» Une recommandation qui a réjoui sur Tweeter Vincent Miéville, président des Eglises évangéliques libres.

Marie Lefebvre-Billiez

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui mars 2018

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité