Skip to content

En quel message pascal croyez-vous?

Pâques est la fête de la Bonne Nouvelle. Elle nous rappelle que la mort n’aura pas le dernier mot. Le Christ ressuscite après avoir été mis à mort de façon brutale, humiliante – même nécessaire, d’après les Ecritures. Pour une majorité d’évangéliques, le Fils de Dieu a acquis de cette…
Christian Willi

Pâques est la fête de la Bonne Nouvelle. Elle nous rappelle que la mort n’aura pas le dernier mot. Le Christ ressuscite après avoir été mis à mort de façon brutale, humiliante – même nécessaire, d’après les Ecritures. Pour une majorité d’évangéliques, le Fils de Dieu a acquis de cette façon le pardon de nos fautes; il s’est sacrifié à notre place. Cette doctrine peut sembler une évidence depuis nos années de catéchisme. Dans les faits, elle ne l’est pas. Ou plus. Les voix se multiplient en effet pour affirmer que Dieu ne peut être à la fois juge inflexible et père débordant d’amour. Ou que la responsabilité de l’être humain par rapport à un état dans lequel il naît depuis toujours devient toute relative. Autant reprocher à l’Auvergnat d’être né en Auvergne ou au léopard ses taches. Au fond, ne peut-on accepter le message de la Croix et en vivre sans toute cette partie qui prétend résoudre une culpabilité originelle?
Ces incertitudes actuelles sur le message biblique ont incité la rédaction à consacrer le dossier de cette édition à la Croix. Un dossier prévu pour nous aider à approfondir notre réflexion sur les événements de Pâques et leur portée. Une contribution pour nous permettre d’examiner l’accueil de ce message et notre façon d’en témoigner autour de nous.
Par le passé, les gens devenaient chrétiens lorsque les prédicateurs les plaçaient devant le choix de la vie et de la mort éternelles. Aujourd’hui, comment présentons-nous l’Evangile autour de nous? Dans un contexte de pluralisme des croyances et des idées, prétendre à une vérité absolue passe mal. Elle peut même susciter les foudres lorsqu’on lui ajoute la notion de perdition.
Il n’empêche, Pâques est à notre porte. Et ce qui me plaît dans la commémoration cyclique des fêtes chrétiennes, c’est qu’elle nous permet de mesurer l’évolution de notre perméabilité à l’ère du temps, à la culture ambiante et aux textes bibliques.
Notre dossier ne fera peut-être pas le tour des questions que vous vous posez sur le sujet. Mais nous espérons qu’à la fin de sa lecture, il vous permettra de vous reposer cette question: quel message de Pâques voulons-nous croire et annoncer?

Christian Willi

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui avril 2017

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité