Skip to content

Les Eglises sur le fil

© Alliance Presse
Comment les Eglises gèrent-elles les situations explosives? Réflexion.
Sandrine Roulet

Les Eglises doivent-elles cultiver ou lever les tabous? «Ni l’un, ni l’autre», répond Philippe Bottemanne. Ce pasteur et accompagnant d’Eglises de la FREE suggère d’agir au cas par cas: «Pratiquer la loi du silence face à une situation connue de tous est autant une erreur que de tout déballer en public sans qu’un chemin de restauration ne soit entamé (Mat. 18)», précise-t-il.
Toutefois, selon lui, un tabou est à abattre dans le milieu chrétien: celui de croire que l’alcoolisme, l’homosexualité, le sentiment amoureux adultère, la maladie psychique, les pensées suicidaires, etc. n’arrivent pas au sein de l’Eglise. «En Christ, Dieu nous rencontre sur le terrain de notre humanité, là où le péché, les souffrances, les déviances et les comportements compensatoires existent.»
Autre ferment de tabou, le fossé toujours plus large entre les valeurs défendues par la Bible et celles prônées par la société: «Exprimer une opinion différente de cette dernière est devenu une prise de risque, qui peut nourrir la notion de tabou.»

Dossier: Tabou
Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité