Skip to content

Le Défi Michée, c’est reparti!

Le Défi Michée reprend du service pour mobiliser les chrétiens autour des questions de pauvreté et d’injustice. Cette fois-ci, il vise l’élection présidentielle de 2017. Sa campagne de plaidoyer «N’oublions pas les pauvres!» sera présentée dans les Eglises lors du culte du Défi Michée, le 16 octobre. Le Défi veut inciter les chrétiens à contacter leurs autorités, et proposera plusieurs actions. «Nous voulons en profiter pour interpeller les candidats, afin qu’ils n’oublient pas les plus démunis dans leur programme», explique Claire Balverde, la nouvelle coordinatrice de Michée France. Au vu des progrès accomplis dans la lutte contre la pauvreté, la mobilisation est-elle encore nécessaire? «Tant qu’il y a des besoins, bien sûr! Il y a encore énormément de personnes qui vivent dans des situations intolérables.» Pour Claire Balverde, la façon de vivre des chrétiens peut déjà faire une différence: «Il y a des habitudes de vie à prendre, comme bien déclarer tout ce que l’on gagne et éviter de faire travailler au noir, puisque nos impôts permettent aux plus démunis de profiter des services publics.» Et puis intercéder, «puisque Dieu peut changer le coeur des décideurs».
Celia Evenson

Le Défi Michée reprend du service pour mobiliser les chrétiens autour des questions de pauvreté et d’injustice. Cette fois-ci, il vise l’élection présidentielle de 2017. Sa campagne de plaidoyer «N’oublions pas les pauvres!» sera présentée dans les Eglises lors du culte du Défi Michée, le 16 octobre. Le Défi veut inciter les chrétiens à contacter leurs autorités, et proposera plusieurs actions. «Nous voulons en profiter pour interpeller les candidats, afin qu’ils n’oublient pas les plus démunis dans leur programme», explique Claire Balverde, la nouvelle coordinatrice de Michée France.
Au vu des progrès accomplis dans la lutte contre la pauvreté, la mobilisation est-elle encore nécessaire? «Tant qu’il y a des besoins, bien sûr! Il y a encore énormément de personnes qui vivent dans des situations intolérables.» Pour Claire Balverde, la façon de vivre des chrétiens peut déjà faire une différence: «Il y a des habitudes de vie à prendre, comme bien déclarer tout ce que l’on gagne et éviter de faire travailler au noir, puisque nos impôts permettent aux plus démunis de profiter des services publics.» Et puis intercéder, «puisque Dieu peut changer le coeur des décideurs».

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité