Skip to content

Faculté pionnière et rayonnante

© Alliance Presse
Le cinquantième anniversaire de la faculté de Vaux-sur-Seine a été l’occasion de faire le point sur l’évolution du paysage évangélique, mais aussi de présenter officiellement le nouveau doyen: Christophe Paya.
Celia Evenson

«Vaux, c’est notre famille!». C’est ainsi qu’un diplômé a résumé la place que la Faculté libre de théologie évangélique de Vaux-sur-Seine (FLTE) tient dans le cœur de ceux qui l’ont fréquentée. Il s’exprimait lors de la fête organisée pour les cinquante ans de cet institut de formation, le 4 juin.
Etudiants, anciens étudiants, professeurs, anciens professeurs, sympathisants et invités de marque s’y sont retrouvés nombreux, malgré la Seine en crue qui commençait à envahir le terrain verdoyant de l’établissement, à une quarantaine de kilomètres de Paris. L’occasion d’exprimer leur reconnaissance à Dieu pour sa fidélité. Et de faire, grâce au colloque qui l’a précédé, Evangéliques en débat: mutation des identités et évolutions théologiques, un bilan de l’établissement, dans un paysage évangélique qui a bien changé.

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité