Skip to content

«Highway to Hell» (La route de l’enfer) d’AC/DC

© Alliance Presse
Chaque mois, Jonathan Hanley nous partage l'histoire d'un hit musical qui est entré dans l'histoire.
La rédaction

Bête noire des «anti-rock» depuis les années 70 à cause de ses références sulfureuses, cette chanson figure aussi parmi les tubes de rock les plus joués au monde. Ce n’est plus un secret que les paroles ne sont pas une invitation au satanisme, contrairement à ce que certains chrétiens ont supposé. En effet, Highway to Hell était le surnom d’une longue route droite mais dangereuse en Australie près de la ville d’origine du chanteur de l’époque, Bon Scott. La réputation légendaire de la chanson a été scellée sept mois après la sortie de l’album quand Scott est mort pendant une nuit trop alcoolisée.
Si des millions de personnes ont acheté, écouté et chanté ce tube, ce n’est pas seulement parce qu’il concentre l’essentiel d’un gros morceau de rock, mais aussi, reconnaissons-le, parce qu’il flirte avec «le côté obscur»: l’enfer, le diable et le mal. Beaucoup des ados qui l’ont joué à plein volume l’ont fait pour embêter leurs parents et exprimer leur révolte. La plupart des fans ne pensent pas à une autoroute australienne en écoutant I’m on a Highway to Hell, mais au contraire du Paradis. Pourquoi donc cette fascination?
Tout d’abord, l’intérêt du rock pour l’enfer et le diable provient des mêmes mécanismes qui dynamisent l’industrie des films d’épouvante: en jouant avec les thèmes du mal et de l’horreur, on a l’impression de les apprivoiser. Ensuite, je soupçonne que l’idée que la plupart des gens se font du Ciel comme le lieu d’une éternelle religiosité ennuyeuse leur donne davantage envie de fréquenter l’enfer! Si cette méprise est certainement un peu la faute des chrétiens, elle est aussi un défi qu’ils peuvent relever. Apprenons à présenter la destination finale auprès de Dieu comme ce qu’elle est vraiment: l’aboutissement de la
victoire du bien sur le mal. Nul besoin d’apprivoiser la mort, car le Christ l’a vaincue!

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui mai 2016

Publicité


Les paroles de la chanson

La vie facile, la liberté,

Abonné pour un aller-simple
Je ne demande rien, laisse-moi vivre

J’ai peur de rien, tout me va

J’ai pas besoin de savoir pourquoi
C’est tout ce que j’aime faire

Je vais faire un tour, faire la fête

On va s’y retrouver entre potes

Je suis sur la route de l’enfer

Sur la route de l’enfer
Je suis sur la route de l’enfer


Pas d’arrêt prévu, pas de radars
Personne pour me ralentir

La roue, elle va tourner
Sans personne pour m’en empêcher

Hé Satan, j’ai payé mes dettes

Je joue dans un groupe de rock

Hé Maman, regarde-moi

Je suis sur la route vers la terre promise


Ne cherche pas à m’arrêter
Je suis sur la route de l’enfer

Sur la route de l’enfer

Je suis sur la route de l’enfer

Pas d’arrêt prévu en chemin

Je suis sur la route de l’enfer

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité