Skip to content

Mein Kampf en accès libre

La chronique mensuelle d'Hugues Not, qui jette un regard doux-amer sur le protestantisme et la société.
Hugues Not

L’incitation à la haine raciale est aujourd’hui jugée très sévèrement et la moindre allusion dans le moindre propos, public ou privé, est relevée, montée en épingle, dénoncée, sanctionnée. Ne parlez pas de «race blanche» ou «d’odeurs», sinon les foudres politico-médiatiques vous tombent dessus et font de vous un méchant irresponsable à bâillonner, à interdire d’antenne et à exclure du parti des mieux pensants.
D’ailleurs, la notion même de différence doit partout être gommée au nom d’un humanisme égalitaire de bisounours. La théorie du genre ou le lobby gay, par exemple, entraînent désormais une véritable chasse aux sorcières qui confisque au passage certains mots devenus imprononçables.
Tout cela est peut-être perçu comme un progrès démocratique et républicain pour le «vivre-ensemble», devise universelle et aussi creuse qu’une promesse politique.
Or, dès le 1er janvier 2016, un livre véhiculant la haine absolue sera en libre circulation parce que tombant dans le domaine public: Mein Kampf. C’est dire que la vision du monde selon Hitler pourra circuler sans aucun contrôle, notamment sur le net. Que vont faire les moralisateurs de reality-shows et les gendarmes idéologues contre ce brûlot? L’interdire ou le bloquer serait lui offrir de larges avenues qu’empruntent toutes les curiosités malsaines et suspicieuses. On pourrait, comme sur les paquets de cigarettes, apposer la mention: ce livre a tué et peut encore tuer! Mais on sait le pouvoir de ce type d’avertissement sur les clopes. On pourrait imposer, comme sur les sites pornographiques, un bouclier: attention, vous entrez sur un site dangereux! On pourrait! Cependant, toutes les précautions se heurteront au droit et à la liberté d’expression.
Quelle belle époque que la nôtre: nous avons le droit de savoir, le droit de lire, le droit de dire, le droit de penser… Mais à force d’aimer à ce point le droit, on en arrive à permettre tout et n’importe quoi, y compris ce qui est tordu!

Hugues Not

Publicité

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui décembre 2015

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Des rangées de bancs à l'intérieur d'une église silencieuse avec des passants venant de la sortie

Ils sont 330 000

Le chiffre est terrifiant. 330 000 personnes ont subi des abus sexuels au sein de l’Eglise catholique en France entre 1950 et 2020. L'édito de la rédaction.

Daniel Liechti, pasteur et missiologue

Pensée forte

«Pourquoi des protestants évangéliques sont-ils actuellement si négatifs, si prompts à se plaindre de la société et des dirigeants au lieu d’apporter joyeusement la lumière de l’Evangile?», s'interroge Daniel Liechti.

Un article du quotidien Le Monde racontant l'attentat manqué du 19 juin 2017, sur l’avenue des Champs-Elysées

Pourquoi elles, mais pas les autres?

Le procès historique des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis s’est ouvert le 8 septembre pour une durée de neuf mois. David Métreau se souvient de cette période troublée qui endeuillé la…

Publicité