Skip to content

Quand tout va mal…

L'édito de la rédaction de ce mois de décembre.
Christian Willi

Les attentats de Paris ont abasourdi le monde entier, déjà bien ébranlé par les mauvaises nouvelles de cette fin d’année, venues de partout: attentats au Liban et ailleurs, enlisement des conflits en Ukraine, en Syrie et au Sud-Soudan pour n’en citer que trois, exode des populations civiles du Moyen-Orient, petits et grands mensonges, tricheries du monde du sport et de l’industrie, crise climatique, endettement qui gagne le monde entier, etc.
Face aux crises et problèmes qui font la une de l’actualité, la tentation peut être grande de se laisser gagner par l’indifférence, de boucler la radio, le 19:30 ou le 20 heures pour éviter de se laisser contaminer par le pessimisme ou la déprime ambiante.
Dans ce contexte, les protestants allemands, réformés et évangéliques ont eu une brillante idée: ils ont décidé de marquer d’une pierre blanche les 25 ans de la réunification allemande. Eglises, associations, entreprises, individus, tout le monde est invité à adopter la reconnaissance comme style de vie, et ce pour douze mois (lire article en page 23). Cette initiative des croyants allemands nous invite à aller à contre-courant de l’alarmisme ou du découragement; à ouvrir les yeux et à travailler le muscle de la reconnaissance. Reconnaissance exprimée à toutes ces personnes qui s’engagent dans l’ombre pour que les trains partent à l’heure, que les salades soient cultivées, livrées à l’épicier, etc. Reconnaissance aussi pour tous les progrès et acquis sans lesquels notre vie serait moins confortable, que ce soit en termes de liberté ou de progrès en tous genres. La démarche est prometteuse; en témoigne le récit d’un avocat américain qui a décidé de remercier une personne par jour, en lui envoyant une carte. En un rien de temps, sa vie a changé, son environnement aussi.
A l’heure où toutes les forces se mobilisent à Paris pour sauver l’environnement, on voit bien deux approches se collisionner. Nous avons le choix d’adresser des reproches à ceux qui n’en font pas assez, histoire de justifier notre immobilisme; ou de reconnaître, saluer et suivre l’exemple de ceux qui s’engagent sans calculer.
Dieu nous a montré la voie, avec un cadeau donné sans calcul. Il a envoyé son Fils parmi nous. C’est bientôt Noël, merci!

Christian Willi

Publicité

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui décembre 2015

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Des rangées de bancs à l'intérieur d'une église silencieuse avec des passants venant de la sortie

Ils sont 330 000

Le chiffre est terrifiant. 330 000 personnes ont subi des abus sexuels au sein de l’Eglise catholique en France entre 1950 et 2020. L'édito de la rédaction.

Daniel Liechti, pasteur et missiologue

Pensée forte

«Pourquoi des protestants évangéliques sont-ils actuellement si négatifs, si prompts à se plaindre de la société et des dirigeants au lieu d’apporter joyeusement la lumière de l’Evangile?», s'interroge Daniel Liechti.

Un article du quotidien Le Monde racontant l'attentat manqué du 19 juin 2017, sur l’avenue des Champs-Elysées

Pourquoi elles, mais pas les autres?

Le procès historique des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis s’est ouvert le 8 septembre pour une durée de neuf mois. David Métreau se souvient de cette période troublée qui endeuillé la…

Publicité