Skip to content

Ils ouvrent leur porte aux jeunes

© Alliance Presse
Voilà une dizaine d’années qu’un couple prête sa maison à un groupe de jeunes de sa région. Un engagement qui change des vies. Portrait.
Gaëlle Monayron

Imaginez un peu qu’une trentaine d’ados débarquent dans votre salon pour une soirée, deux fois par mois. Une partie est affalée sur vos canapés en mangeant des gâteaux et en feuilletant une de vos BD préférées; d’autres s’essaient à votre piano…
Depuis une dizaine d’années, Luc et Diana Bidaux ont choisi d’ouvrir leur porte au groupe Ado-OK. Un rendez-vous que ces adolescents de la région, âgés de 12 à 15 ans, ne rateraient pour rien au monde, car ils y voient leurs bons copains.
Epaulés par de jeunes responsables, ces agriculteurs de la région de Nyon (en Suisse) ont eu à cœur de se mettre au service d’une génération qui a soif de mieux connaître Dieu. Ils estiment que «cet espace que Dieu nous a donné, nous devons l’utiliser». Au programme de ces soirées: des jeux et de la détente, conjugués à une intervention spirituelle, un témoignage ou un message. La soirée se termine officiellement à 22h, après quoi les jeunes peuvent s’amuser librement. Les Bidaux sont très ouverts et s’adaptent volontiers à l’horaire de ces adolescents… «Généralement, ils sont tous loin à 22h30. Mais même si ce n’est pas le cas, ça nous fait plaisir de voir qu’ils ne sont pas pressés de partir.»
Pour le couple, cet engagement n’est de loin pas un sacrifice, «c’est notre appel à nous! On aime les jeunes et on croit en eux». Diana explique «qu’il faut tout de même être “cool” pour certaines choses», car les Bidaux mettent à disposition leurs bandes dessinées, leur trampoline, leur piscine et bien plus encore. Ils soulignent pourtant qu’il n’y a pas énormément de désordre à la fin des soirées. «Nous n’avons pratiquement jamais eu de dégâts. Peut-être une ampoule cassée tout au plus.»
Jérémie, fils aîné des Bidaux et également responsable à Ado-OK, est particulièrement marqué par l’engagement que cela représente pour ses parents, «surtout pour ma mère», précise-t-il. «Elle y met tout son cœur et toutes ses pensées, non seulement pendant, mais surtout avant et après les soirées. Elle est un réel exemple de persévérance». Il voit ses parents comme les piliers du groupe. «Sans eux, tout s’effondrerait.»

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Cadre dans le secteur de la technologie, Tim Kyle est président de BLF Éditions et vice-président de Jeunesse pour Christ France.

Sa vocation: être un soutien

Cadre dans le secteur de la technologie, Tim Kyle est président de BLF Éditions et vice-président de Jeunesse pour Christ France. Bilingue et fort de plusieurs expériences à l’étranger, il encourage à se nourrir de…

Portrait Mirjam Martinez

Au fond du gouffre, elle a reçu une vision

Marquée par le décès de son jeune frère, puis de sa fille, des abus répétés, un divorce et des années d’insomnie, Mirjam Martinez a parfois songé au suicide. Pourtant, Dieu l’a relevée de façon miraculeuse.…

Sa profession s’est changée en appel

Corinne Bühler s’implique depuis vingt ans dans l’association «Chrétiens au Service de la Santé» (CASS). Elle est notamment responsable du groupe d’enfants Anti-Virus, dont l’objectif est d’apporter de l’espoir dans le monde de la santé…

Publicité