Skip to content

La souffrance, une école et un chemin

La souffrance peut produire des fruits «positifs». Mais attention à ne pas tomber dans le dolorisme. Découvrez sur ce site les autres articles de notre dossier consacré à la souffrance.
Jérémie Cavin

«Soit la souffrance vous rendra meilleur, soit vous deviendrez pire qu’avant». Timothy Keller a vite compris l’enjeu: si elle est traversée d’une bonne manière, la souffrance peut être «utile» au chrétien. Sur cinq plans au moins, selon le théologien: la souffrance nous rend plus humbles en montrant notre fragilité. Elle peut développer notre caractère, l’humilité, l’espérance, l’amour, la joie et la paix. Elle change notre rapport aux choses en révélant celles auxquelles on attache trop d’importance. Elle approfondit notre relation avec Dieu comme rien d’autre ne peut le faire. Elle est un prérequis si nous voulons être utiles à ceux qui souffrent.
Surtout, la raison première de la souffrance est la gloire de Dieu, écrit Timothy Keller: une personne qui souffre et traverse cette épreuve avec foi est en train de rendre gloire à Dieu: «Dieu accomplit son plan non pas malgré la souffrance, la douleur et la perte, mais à travers tout cela». Bref, la souffrance nous fait transpirer comme dans une salle de sport, nous entraîne pour nous rendre plus forts. «Le but de Dieu n’est pas notre confort, mais notre sainteté», résume le pasteur Olivier Favre. Qui ajoute: Dieu veut nous attirer plus près de lui. Il illustre: si un enfant a un grave accident qui l’oblige à une longue hospitalisation, ses parents prendront beaucoup de temps pour lui rendre visite, et il en ressortira une relation plus profonde encore entre eux. «De là à considérer les épreuves comme un sujet de joie, il y a cependant un chemin à parcourir, qui relève de la grâce de Dieu», constate Liliane Vaquin, responsable du Point d’eau, centre de relation d’aide. Pour Michel Pétermann, «toutes les expériences de vie peuvent être constructives. Mais ce n’est pas parce que des personnes ont pu découvrir des choses extraordinaires au travers de la souffrance qu’il faut la laisser agir sans rien faire!»

Jérémie Cavin

Publicité

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui octobre 2015

Dossier: Souffrance

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Témoigner en paroles et en actes

Oser témoigner de l’amour de Jésus tout en revêtant l’uniforme d’infirmier et de pompier, telle est la vision d’APPS: quand les mains se mettent au service du cœur. Notre mission divine est encore actuelle

Notre mission divine est encore actuelle

Sur le champ missionnaire, la proclamation de l’Evangile a tendance à s’effacer derrière l’urgence humanitaire; une question d’ordre originel? Parti pris. Notre mission divine est encore actuelle

Quelle formation pour quel genre de mission?

Chaque mission a sa propre vocation et ses besoins spécifiques. Avant de partir sur le terrain, une formation adéquate est requise. Mais comment bien s’équiper avant le départ? Les profils types évoluent constamment. Tour d’horizon.…

Publicité