Skip to content

Stands religieux: Genève rappelée à l’ordre

Les associations qui souhaitent partager leurs convictions religieuses à Genève dans l’espace public en auront à nouveau le droit. Le Tribunal administratif de première instance a sommé la Ville d’annuler sa décision de septembre 2014. Genève avait alors décidé de fermer le domaine public aux groupes religieux désireux de partager…
Jérémie Cavin

Les associations qui souhaitent partager leurs convictions religieuses à Genève dans l’espace public en auront à nouveau le droit. Le Tribunal administratif de première instance a sommé la Ville d’annuler sa décision de septembre 2014. Genève avait alors décidé de fermer le domaine public aux groupes religieux désireux de partager leurs convictions.
Cette décision du Tribunal administratif est conforme à la Constitution, rappelle le Réseau évangélique suisse (RES), puisque son article 15 prévoit que le partage public des convictions est un droit inhérent à la liberté religieuse. Des exceptions sont envisageables, mais seulement si un intérêt public supérieur est en jeu et si l’interdiction est proportionnée. Ce qui n’était en l’occurrence pas le cas. Toujours selon le Tribunal, la Ville aurait dû trouver d’autres solutions moins radicales pour réguler ce qu’elle considérait comme un «envahissement» du domaine public.
Le RES et sa section locale saluent cette décision , qui tombe d’ailleurs «au bon moment», en plein débat sur la laïcité. Un plan d’action doit en effet être présenté au Conseil d’Etat, fruit des réflexions du Groupe de travail sur la laïcité, qui préconise une laïcité ouverte.

Jérémie Cavin

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui – mai 2015

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité