Skip to content

Pourquoi il est bon de confesser ses erreurs

© Alliance Presse
Confesser ses péchés peut paraître effrayant. Pourtant, la Bible nous y invite. Pas pour nous ennuyer, mais parce que cette mise en lumière est utile pour soi-même et pour les relations.
Sandrine Roulet

Confession: pour certains d’entre nous, ce mot évoque une pratique de l’Eglise catholique qui ne nous est pas familière. Pour d’autres, la confession est perçue négativement, car elle implique la notion de culpabilité ou de contrition. D’autres encore pensent que, étant automatiquement au bénéfice du pardon par l’œuvre de Jésus à la croix, ils n’ont pas besoin d’avouer leurs fautes devant Dieu, et encore moins devant d’autres chrétiens. La confession a-t-elle donc encore une place dans notre vie de foi?
Pasteur évangélique en Suisse et conseiller en relation d’aide, David Hoehn pose d’abord les bases: même chrétiens, nous restons pécheurs. Et ce mal nous affecte de bien des manières: égoïsme, manque d’amour, fausses priorités, dépendances, etc. «Sommes-nous prêts à nous voir tels que nous sommes et non pas tels que nous aimerions être?», questionne-t-il. «S’exposer aux Ecritures reste le moyen privilégié que l’Esprit utilise pour nous convaincre de péché. Cela implique de ne pas lire seulement les textes qui nous encouragent, que nous affectionnons, mais aussi ceux qui nous défient et nous remettent en question». Il invite chacun à être prêt à entendre des critiques d’un ami et à lui donner un droit de regard sur sa vie.

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité