Skip to content

Le secret montre son vrai visage

© Alliance Presse
De plus en plus de guérisseurs et autres rebouteux se revendiquent publiquement. Faut-il s’en inquiéter?
Joëlle Misson

Le nouveau guide des guérisseurs de Suisse romande, puis, récemment, Faiseurs de secret, comment ça marche?: les livres qui traitent des pratiques relatives à la guérison ou au secret rencontrent un franc succès. Mais que se cache-t-il derrière ces méthodes qui font bien souvent frémir les évangéliques?
«La plupart du temps, les guérisseurs ne sont pas conscients de l’aspect occulte de leur pratique», remarque Walter Vappiani, un ancien guérisseur converti au christianisme et auteur de La guérison du guérisseur (éd. BLF). Comme lui à l’époque, «les guérisseurs sont convaincus de faire le bien».
Pourtant, il raconte avoir rencontré des gens «détruits par ce qu’ils faisaient. Ce qui apparaît au début comme un don se révèle être une horreur». Un ancien rebouteux souhaitant rester anonyme témoigne de la dépression – apparemment courante dans le milieu – qu’il a traversée ainsi que des événements surnaturels traumatisants auxquels il a été confronté. Mais généralement, ces pratiquants ne font pas le lien de cause à effet entre leurs maux et le secret. Ancienne guérisseuse, Jacqueline Frésard a compris, en devenant chrétienne, que ce n’était pas Jésus-Christ qui agissait au travers d’elle. Comment? «Dans toutes ses prières rien n’était fait au nom de Jésus, alors que Jésus a dit: “En mon nom vous imposerez les mains aux malades et ils seront guéris”», écrit-elle dans son livre Magie blanche, secret… et après? (éd. Oladios). C’est après avoir lu cette phrase dans la Bible qu’elle a compris son erreur.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité